On peut maintenant réaliser soi-même son CD.

Par 23 octobre 1998
Mots-clés : Future of Retail

Désormais, grâce aux enregistreurs de CD, appelés graveurs CD-R disponibles sur le marché à un prix raisonnable (moins de 3 000 F, contre 10 000 F il y a six mois encore), chacun peut enregistrer sa...

Désormais, grâce aux enregistreurs de CD, appelés graveurs CD-R
disponibles sur le marché à un prix raisonnable (moins de 3 000 F, contre
10 000 F il y a six mois encore), chacun peut enregistrer sa propre
compilation de CD avec la qualité sonore du laser et un accès direct à
chacun des morceaux.
Ayant inventé le Compact Disc lancé en 1982 avec Sony, Philips a réalisé
cette prouesse avec le Philips CDR-760. Comme le confie l’un des vendeurs
de la FNAC de Cergy-Pontoise “cet appareil est sorti il y a à peine un
mois et on n’arrête pas d’en vendre”. Lors des achats de Noël, il sera
aussi demandé que le DVD.

Toutes les grandes marques vont également sortir leur modèle. Avec le
CDR-765 comprenant une double platine, un lecteur CD simple et un graveur,
Philips innove encore. On peut en effet copier son disque sans faire de
branchements. Les deux CD peuvent être lus en même temps et peuvent être
mixés ensemble.
Les disques vierges sont bon marché. En moyenne, un pack de dix CD-R
vierges vaut une centaine de francs. Un CD-R à l’unité est vendu environ
13 F.
Il faut tout de même savoir que le CD-R ne peut être enregistré qu’une
seule fois.
Le CD-RW, en revanche, offre plusieurs possibilités d’enregistrement, mais
son prix reste encore élevé (70 F environ l’unité).

Craignant une baisse de leurs ventes, les maisons de disques s’inquiètent
de l’arrivée des CD enregistrables.

Avec le développement du CD enregistrable, la cassette-audio, créée par
Philips en 1963, risque bien de mourir. Mais pour les spécialistes, le
véritable remplaçant de la K7 sera le MiniDisc, petite disquette créée par
Sony. Après des débuts difficiles, le MiniDisc connaît aujourd’hui un
véritable succès. On en trouve partout. Les grandes surfaces proposent des
appareils enregistrables à moins de 2 000 F. De plus, les lecteurs de MD
sont ultracompacts, tiennent dans la poche et leur système de lecture
antichocs évite au disque de sauter.
(Le Parisien 22/10/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas