La réalité augmentée doit conduire les clients au point de vente

Par 25 novembre 2008
Mots-clés : Smart city, Europe

Deux distributeurs français et espagnols lancent des initiatives de communication en 3D interactive. Le but est d'interpeller et de séduire les consommateurs en les intégrant dans un monde virtuel.

3D et réalité augmentée ne sont plus l'apanage des spécialistes : le secteur du service s'y intéresse de près, notamment dans un but marketing. La chaîne de supermarchés espagnole Alcampo (enseigne Auchan) s'est ainsi associée à Telefonica I+D pour installer des écrans qui diffusent des images en trois dimensions à l'intérieur des magasins. Celles-ci, visibles sans lunettes dédiées, représentent un employé du magasin sous forme d'avatar 3D, qui salue les clients lors de leur entrée dans l'enseigne. Autre initiative, en France cette fois : celle de BNP Paribas, maison mère de L'Atelier. La banque profite de la sortie programmée du second volet du dessin animé "Arthur et les Minimoys", dont elle est partenaire.
L'alioscopie fait sortir les Minimoys de la vitrine
Sa campagne de publicité pour le Livret A se met donc aux couleurs de ce film d'animation. L'établissement financier veut faire interagir ses clients ou prospects avec les personnages. Pour cela, plusieurs agences ont décoré leurs vitrines d'images de deux des héros du film sur le principe de l'alioscopie, une solution de visualisation des images en relief sans paire de lunettes 3D. Lorsque les passants se déplacent, ils peuvent ainsi voir les deux "Minimoys" se tourner pour les suivre. L'illusion est créée par des microlentilles. À l'intérieur des agences, une borne propose aux clients de se prendre en photo avec le chapeau ou la coiffure de l'un des personnages.
Identification automatique des parties du visage
Un procédé assez classique. Ce qui est nouveau, c'est que la coiffe choisie s'ajuste automatiquement sur la tête de l'individu, et reste en place même si ce dernier bouge. Mais de manière pas trop rapide. Techniquement, la caméra identifie la position des yeux et du nez de l'utilisateur, ainsi que l'écart entre les yeux, afin de calculer au mieux la morphologie du visage et d'adapter la coiffure en fonction. La borne en question a été développée par le spécialiste français du genre, la société Total Immersion. Le but de ces deux initiatives est clairement exprimé : il s'agit d'augmenter le nombre de visiteurs présents sur le point de vente du distributeur. Et donc de multiplier les possibilités d'encourager le consommateur à acheter un produit, financier ou alimentaire.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas