La réalité augmentée sur mobile en Chine, encore en friche ?

Par 28 août 2012
écran mobile

La réalité augmentée sur mobile s'est confortablement installée dans de nombreux pays dits matures. Au Japon, il est possible d'obtenir des coupons de réduction en attrapant des papillons en réalité augmentée. Aux Etats-Unis, la technologie est testée sur les emballages alimentaires, afin de proposer des recettes en pop up en approchant simplement son téléphone du nom de la marque de l'aliment. En Chine, néanmoins, la tendance semble encore à l'état d'embryon.

La réalité augmentée sur mobile devrait se centrer sur le marketing interactif et l'engagement du consommateur tout en simplifiant le parcours d'achat avec une pointe de divertissement. Si l'envie me prenait d'intégrer cette technologie à mes solutions marketing, quels seraient dès lors les fournisseurs les plus adéquats en Chine ? Après quelques recherches rapides, il m'a fallu me rendre à l'évidence : peu sont sur le marché, et qui valent le coup. Deux peut-être méritent d'être citées : Senseape, une startup née à Beijing en 2012 et MXR Tech, foundée en 2008 à Suzhou, et bien ancrée à Singapour.

Du coup, peut on dire que la réalité augmentée a un avenir lumineux en Chine ? Définitivement, oui. Quelles sont dès lors les embûches semées sur cette route encore en friche ?

  • La croissance certes rapide mais encore basse du taux de pénétration du smartphone en Chine (le taux actuel est d'environ 13%, mais cela ne me semble pas véritablement problématique).
  • La masse critique et la maturité des technologies disponibles encore insuffisantes, notamment en termes de contenus fournis (par exemple, les fonctions en réalité augmentée de Senseape couvrent presque entièrement Beijing, mais pas Shanghai)
  • La sensibilisation des consommateurs chinois sur la réalité augmentée doit aussi être affinée, et devenir partie intégrante des campagnes marketing menées par les marques et les détaillants.
  • La passion et la volonté de transmettre des entrepreneurs du secteur doit enfin être améliorée, particulièrement pour promouvoir ses produits, sur les réseaux sociaux par exemple. Récemment, j'ai ainsi essayé d'approcher un entrepreneur à Hong Kong, en lui indiquant mon souhait d'en apprendre plus sur sa vision du marché et des produits. Bien qu'il m'ait dit que je n'avais qu'à lui envoyer un mail, je n'ai reçu à ce jour que son silence, même après un mail de relance. De cette mésaventure, j'en ai conclu à une absence de passion pour son métier. Même si je ne suis pas un investisseur potentiel ou un client avec qui il faut se montrer empressé, il me semble que le but vers lequel il devrait tendre devrait être celui de charmer tout consommateur potentiel par sa passion de sa technologie et ses idées brillantes. Voilà de quoi réfléchir... Et qui selon moi est le plus gros obstacle au développement de la réalité augmentée sur mobile en Chine.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas