Quelle recette adopter pour créer du buzz ?

Par 31 août 2009
Mots-clés : Digital Working

Bien utilisés, les réseaux sociaux peuvent faire la différence lors d'une campagne publicitaire ou marketing. Quelques conseils amenés par l'expérience de Critical Exposure.

Le vainqueur de GlobalGiving US Open Challenge édition 2009 ? Une petite ONG appelée Critical Exposure. En utilisant les réseaux sociaux de manière stratégique, elle a été à même de rassembler des centaines de supporters et de lever près de 20 000 dollars. D'où cette consécration dans ce concours réunissant plusieurs dizaines d’associations caritatives rivalisant pour mobiliser un maximum de donateurs afin de récolter le plus de fonds possible. Interrogé par l’Atelier, Adam Levner, co-directeur de Critical Exposure, a accepté de nous livrer leur recette. « Nous avons utilisé une combinaison d’envoi d’e-mails et de mise à jour de nos statuts sur Facebook et Twitter pour faire passer le mot », explique-t-il. Le format des messages est important et demande une certaine attention.
Clarté, concision, implication
 « Nous avons fait en sorte d’avoir les messages les plus courts possibles, même si nos e-mails étaient significativement plus longs que ce que nous pouvions faire avec Facebook ou Tweeter ». La clé du succès tient aussi à la mise en place d’un certain esprit de compétition. « Dans nos envois nous restions concentrés sur le fait que la compétition était très serrée et que de petites donations pouvaient faire la différence ». Demander peu pour obtenir beaucoup. Pour être efficaces, les messages se doivent donc d’être clairs, concis et impliquant, tout en demandant le minimum possible. « En moyenne, les gens ont donné 25 $, mais le fait de ne demander que 10 $ a permis à nos supporters de transmettre notre demande à leur réseau sans hésitation ».
Bâtir son réseau en amont
Ce procédé a permis de créer autour de l’équipe une communauté enthousiaste et très impliquée. « Nous demandions à nos supporters non seulement de faire un don, mais aussi d’amener 5 autres personnes à donner également », explique-t-il. « Ces recruteurs ont joué un rôle clé ». Interrogé sur les outils les plus efficaces, Adam Levner cite l’envoi d’e-mails et les mises à jour Facebook comme les plus mobilisateurs. Il insiste sur l’importance de construire son réseau avant de pouvoir l’utiliser. « Nous tweetions plusieurs fois par jours, mais cela s’est avéré la méthode la moins efficace, explique-t-il. La principale raison est que nous n’avions jamais utilisé Twitter auparavant, du coup nous n’avions pas un nombre de ‘suiveurs’ très important ». 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas