La recherche d'emploi devient une campagne marketing

Par 12 décembre 2008
Mots-clés : Smart city

ResumeBear propose aux chercheurs d'emploi ayant déposé leur profil sur son site un système d'alerte. Toute consultation de leur CV est pistée, analysée et leur est restituée.

Lire un CV ne passera plus inaperçu. Il existe déjà de nombreux services en ligne pour créer un CV et le stocker dans une base dédiée. Un service comme MonCV.com propose déjà cela en mode interactif, et les "job board" pullulent. Mais une fois qu'un profil est en ligne, on ne sait par qui et comment il est consulté. ResumeBear tente de remédier à cela. Son site éponyme propose aux internautes de charger leurs curriculums sur des serveurs.
Un lien vaut mieux qu'un fichier
Pas de souci pour la mise en forme. Deux options sont possibles. Soit passer par un assistant en ligne, soit uploader autant de versions qu'on le veut de son document : PDF, Word, RTF ou encore texte sans mise en forme. L'internaute est dans ce cas incité à guider la transformation de son Curriculum Vitae en HTML. Evitant ainsi les problèmes bien connus dus aux mises en forme automatisées. Au final, l'internaute peut ajouter une photo et des liens vers des travaux qu'il veut mettre en valeur. Rien de très affriolant : il s'agit finalement de créer une page web spécialisée. Là où ResumeBear innove, c'est qu'il autorise l'internaute à intégrer ses contacts potentiels dans la page. En quelques clics, un lien vers la page va être envoyée aux entreprises convoitées. Cela revient à transformer l'utilisateur en créateur de campagne marketing.
Qui regarde quoi et comment
Autre avantage du système : pas de problème avec les limitations typiques des boites aux lettres électroniques (formats rejetés, tailles limitées, etc.). Encore plus malin : le prestataire récupère un concept que l'on peut par exemple retrouver sur Viadeo. Sur ce réseau social professionnel, chaque consultation d'un profil est notifiée à celui qui l'a créé (à condition d'être abonné à une version payante). Le prestataire américain va encore plus loin, puisque les chercheurs d'emploi auront à leur disposition des information comme le temps de consultation, les éventuelles impressions et transmissions à des tiers de leur CV. Le postulant saura ainsi s'il peut recontacter une entreprise, connaîtra mieux le degré d'intérêt que lui porte son interlocuteur, etc. Pour tout cela, le prestataire fait payer un peu moins de cinq dollars par mois.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas