La recherche pense déjà au robot quantique

Par 22 octobre 2008
Mots-clés : Smart city, Asie-Pacifique

L'adaptation de la robotique à la mécanique quantique permettrait d'accroître les capacités intellectuelles des robots tout en réduisant leur taille.

L'augmentation de l'intelligence artificielle des machines et leur miniaturisation sont parmi les principaux défis auxquels font face les ingénieurs en robotique. Pour surmonter ces difficultés, des chercheurs chinois du département d'automatisation de l'université des sciences et des technologies de Chine (USTC) leurs suggèrent de changer de paradigme physique, c'est-à-dire de troquer la physique newtonienne contre la physique quantique. D'une part, en effet, celle-ci est plus apte à rendre compte du monde microscopique, des atomes et des particules, que la physique newtonienne. Les robots quantiques pourraient ainsi être encore plus petits que les robots classiques macroscopiques existants. D'autre part, cette réduction de la taille des robots ne se ferait pas au détriment de leur intelligence. Bien au contraire. L'adoption d'ordinateurs quantiques permettrait en effet d'imiter le calcul "en parallèle" des créatures naturelles. Ce, alors que la plupart des créatures artificielles calculent "en séquentiel" et donc de façon moins rapide.
Calcul en séquentiel vs en parallèle
A l'inverse des robots actuels qui sont munis de caméras et de détecteurs infrarouge ou ultrasoniques, les capteurs quantiques et "squid" des robots du futur leur transmettront des informations encore plus précises sur leur environnement, à la fois micro et macroscopiques. Les robots quantiques bénéficieront ainsi d'une sensibilité accrue dont ils pourront tirer parti en prenant des décisions plus adaptées à la situation. Au niveau de la structure des systèmes, ce sont des algorithmes de recherche quantique et de renforcement de l'apprentissage qui permettraient d'améliorer leur intelligence. Ces systèmes quantiques seraient composés de MQCU, autrement dit d'unités informatiques multiquantiques, lesquelles viendraient remplacer les processeurs informatiques existants. Ces robots du futur sont décrits dans un article intitulé "Quantum Robot : structure, algorithms and applications".
Des usages très divers
Ses auteurs reconnaissent qu'il existe encore de nombreuses difficultés techniques à régler avant de transformer ces principes de recherche appliquée en protocoles de production effective. Ils expliquent cependant que des robots quantiques seraient extrêmement utiles dans des secteurs très divers Des robots quantiques militaires pourraient par exemple percevoir les changements dans le champ magnétique résultant de la proximité d'une bombe atomique et alerter les décideurs politiques à temps. Autre usage : des robots médicaux à échelle moléculaire pourraient être implantés dans le corps de personnes malades et y circuler avec le sang pour détecter tout changement pathologique potentiel. De manière générale, la taille et l'intelligence des robots quantiques optimiseront un grand nombre de systèmes de monitoring, qu'il s'agisse de faire des expériences en biochimie, à un niveau microscopique, ou de repérer des feux de forêt.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas