Quand la recherche scientifique passe par une application

Par 10 février 2011
Téléphone

Science XL propose aux mobinautes de tester leur connaissance du français. Cela afin de collecter des données permettant de faire avancer les connaissances acquises en sciences du langage et du comportement.

Profiter de la participation d'un nombre maximum d'individus facilite la réalisation de projets. C'est le principe, bien connu désormais, du crowdsourcing. Une équipe issue du CNRS et d'universités européennes, mais dans un but scientifique : faire avancer la recherche au niveau des sciences du langage et du comportement. Et plus particulièrement, dans un premier temps, dans le but d'aider à comprendre les mécanismes de la dyslexie Le tout, sur mobile. Les scientifiques ont mis au point Science XL, une application qui propose à des particuliers de tester sous forme de jeu leur connaissance du Français. Chacune des réponses étant enregistrée dans une base de données et analysée pour constituer un corpus de connaissances sur la façon dont les individus reconnaissent les mots écrits.

Se prêter à un jeu

"L’Iphone et l‘Ipad deviennent de vrais outils scientifiques", explique à L'Atelier Stéphane Dufau, chercheur au CNRS et initiateur du projet. Techniquement, l’utilisateur qui a téléchargé l'application voit une chaîne de lettres qui forment, soit un mot en français, soit un mot inventé. Il décide alors si ce mot correspond à un mot français en cliquant sur "oui" ou à un mot inventé en cliquant sur "non". Après chaque réponse, l’application évalue le temps de réaction de l’utilisateur et la qualité de sa réponse (bonne ou mauvaise). Celui-ci en est notifié. Pour les scientifiques, cela signifie que sur cent chaînes de lettres vues, ils peuvent récupérer cent mesures de temps et cent mesures de précision pour enrichir leurs bases de données et mieux comprendre la prise de décisions lexicales par exemple.

Vers une boîte à outils d'applications

A terme, l’équipe de chercheurs veut mettre en place en place une véritable boîte à outils d’applications qui permettront à chaque domaine scientifique de réaliser des études. "Les sciences sociales pourront ainsi utiliser nos applications pour réaliser des sondages et enrichir leurs statistiques grâce à nos applications", conclut Stéphane Dufau. L'application est pour le moment disponible pour iPhone et iPad. Elle est téléchargeable en français, en anglais et en allemand et l’objectif est de toucher plus de 50 000 individus.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas