La recherche se penche sur le cybercerveau

Par 09 juillet 2007
Mots-clés : Smart city, Moyen-Orient

Une équipe de chercheurs israélienne déclare avoir imprimé des informations sur un réseau neuronal artificiel. Cette découverte pourrait permettre de créer des cyberpuces neuro-électroniques...

Une équipe de chercheurs israélienne déclare avoir imprimé des informations sur un réseau neuronal artificiel. Cette découverte pourrait permettre de créer des cyberpuces neuro-électroniques.
 
Des scientifiques de l'université de Tel-Aviv (TAU) annoncent avoir réussi à emmagasiner de la mémoire à long terme au sein d'un réseau de neurones en activité cultivés artificiellement. Le tout, grâce à une stimulation chimique locale.
Selon les chercheurs, c'est la première fois que plusieurs couches de mémoire rudimentaire sont imprimées sur un réseau neuronal cultivé en dehors du cerveau. Cette réalisation, révélée dans le numéro du Physical Review E du 16 mai 2007, représente une réelle avancée dans la conception de cyborgs combinant des matériaux vivants et des puces de mémoire. Elle pourrait en effet permettre de mettre au point une puce de neuromémoire programmable qui, combinée à un logiciel d'ordinateur, deviendrait la première cyberpuce neuro-électronique.
 
Des avancées cybernétiques et neurologiques en perspective
 
"Notre principale avancée consiste en la neutralisation des neurones inhibiteurs pour stimuler la structure de la mémoire", explique Eshel Ben-Jacob, l'un des chercheurs. Et d'ajouter: "La nouvelle mémoire résiste pendant des jours sans interférer ou se substituer aux autres. Le fait que cette mémoire soit marquée en utilisant une stimulation chimique locale nous fournit des précisions sur la manière dont l'information est stockée et récupérée par le cerveau". Cette découverte permet d'envisager un nombre important de possibilités, comme la mise en place d'un système cybernétique pour détecter la présence de toxines dangereuses, ou l'analyse de l'activité du cerveau pour aider les personnes paralysées à recouvrir le contrôle de leurs muscles. Elle devrait également aider les neurologues à comprendre comment notre cerveau apprend et stocke l'information.
 
Les réseaux de neurones étudiés à la loupe
 
Pour réaliser leur projet, les chercheurs ont étudié les modèles produits par les réseaux de neurones en activité grâce à un système d'électrodes. Ils ont alors découvert qu'il était possible de créer des structures neuronales additionnelles capables de coexister avec les structures initiales et d'être stockées au sein du réseau neuronal.
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 09/07/2007)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas