La reconnaissance d'images est une question de texture

Par 25 mars 2011
Mots-clés : Smart city, Europe
Image

Xilopix propose d'affiner les systèmes de recherche d'images en permettant d'effectuer des recherches en fonction de la luminosité ou de la matière d'un objet.

Pour affiner la recherche d'images, Xilopix a développé un logiciel qui utilise des technologies sémantiques pour répertorier des clichés. Et qui propose de les reconnaître automatiquement à travers leurs éléments graphiques tels les contrastes, les couleurs, la texture, ou encore la forme. Comment ? En combinant plusieurs algorithmes d'analyse graphique et en s'appuyant sur un thésaurus enrichi au fur et à mesure par les utilisateurs. Celui-ci est constitué des mots-clés renseignés par les internautes sur une image. Ces derniers choisissent de participer à la base de données quand ils utilisent le système. Cela, via une barre d'outils qui leur donne la possibilité d'affiner la description sur la composition d'un cliché (la matière d'un objet, la luminosité…).

Mémoriser les sélections

Plus le système enregistrera des images indiquant la matière d'un objet, par exemple, plus il sera capable de reconnaître cette dernière sur un cliché non taggué. "Plus la mémoire est remplie des précédentes sélections, plus le logiciel est efficace car il a plus de données pour reconnaître l’image",explique ainsi à L'Atelier Cyril March, co-fondateur de Xilopix. En ce qui concerne l'utilisation, lorsqu’un individu cherche l’image d’un phare de port, il finit souvent par trouver, à la fois des photos de phare de voiture et de phare de port. S'il cherche des images du deuxième, il n'a alors plus qu'à cocher l’icône "j’aime" et toutes les images de phares de voiture disparaîtront.

Gérer des photothèques

De la même manière, s’il cherche des photos d’un phare de nuit, il n'a qu'à indiquer la même case sous le premier cliché d'un phare pris la nuit et toutes les images prises de jour disparaîtront. A cette sélection, les mots clés : "phare de nuit" seront directement associés à l’image, et mémorisés pour favoriser les recherches postérieures. "Cette sélection s’opère automatiquement et surtout sans subir la barrière de la langue", ajoute le responsable. La société a déposé un brevet pour cette solution a été déposée en mars 2011. Le système était présenté à l'occasion de la onzième édition de Start West, qui se tenait cette semaine à Rennes.

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas