Redirection web : Verisign cède face à l’Icann, temporairement …

Par 06 octobre 2003 3 commentaires
Mots-clés : Smart city

D’ici quelques jours, tous les internautes qui auront tapé une adresse web inexacte ou inexistante, retrouveront leur fameuse page d’erreur 404. Suite à une injonction de l’Icann, l’instance ...

D’ici quelques jours, tous les internautes qui auront tapé une adresse web inexacte ou inexistante, retrouveront leur fameuse page d’erreur 404. Suite à une injonction de l’Icann, l’instance mondiale de régulation d’Internet, la société Verisign, en charge de la gestion des bases de données des noms de domaines en .com et .net, a décidé d’arrêter son site web, « SiteFonder », vers lequel l’ensemble des adresses erronées du web étaient redirigées depuis le 15 septembre dernier.

Annoncé vendredi soir dernier, cette décision devrait être rendue effective prochainement. Vivement critiquée pour se servir des erreurs des internautes en les redirigeant sur un site web où des espaces annonceurs étaient vendus, Verisign a rapidement cédé aux pressions de l’Icann, ce qui est une victoire pour cette instance internationale souvent critiquée.

Outre les aspects de « concurrence illégale » que l’on reprochait à Verisign, SiteFinder était par ailleurs accusé via l’Icann de neutraliser les logiciels anti-spam ainsi que d’autres outils de gestion du web, et de ne pas respecter les données privées des internautes. Verisign n’aurait toutefois pas prononcé son dernier mot sur le sujet : son porte-parole Tim Galvin a annoncé dans la foulée que la fin du site web SinteFinder ne serait que temporaire…

(Atelier groupe BNP Paribas – 06/10/2003)

Haut de page

3 Commentaires

Je salue le modèle de Cyworld qui a écarté au départ un modèle économique basé sur la publicité et leur a permis de pouvoir se différencier de leurs conccurrents.

Trop de sites basemt leurs modèles économique sur la publicité, qui ne vont pas apporter aux utilisateurs une nouvelle expérience de naviguation.

Je vous suggère de lire l'article de Fred Cavazza qui met en valeur de futurs problèmes que Secondlife pourrait avoir avec son modèle économique.

http://www.fredcavazza.net/index.php?2007/03/05/1445-pourquoi-je-ne-crois-plus-en-second-life

Soumis par Joel (non vérifié) - le 24 mars 2007 à 20h15

Super cet article sur CyWolrd et la mission que vous avez menee. Pour avoir un appercu un peu plus complet que les remarques de Fred cf
http://nano-marketing.viabloga.com/news/second-life-and-the-killing-educational-video
ou encore http://b-r-ent.com/news/intranet-via-sl-ibm-serait-il-tout-ou-partie-dessus
Obviously si on ecoute ce Fred IBM n'y comprend rien au potentiel business de SL ;-) Sur une note plus serieuse c'est impressionnant de constater qu'en 2007 le contenu numerique rentre pour certaines civilisations dans la categorie de produits en bas de la pyramide des besoins de Maslow... quitte a choisir une reference autant qu'elle soit serieuse...

Le marche italien avec le developpement des contenus numeriques via telephone portable est certainement l'un des marches le plus avance... sorry pour les accents je vous ecris depuis IntraCom Montreal et le marche nord-americain vibre sur les impulsions innovantes de SL !

Gil

Soumis par Revgi (non vérifié) - le 28 mars 2007 à 22h09

Je pense que le web 2.0 n'est qu'` sa première phase de développement. tout ce qu'on entend sur les chiffres explosifs des audiences que dégagent des sites comme secondlife ou cyworld ne nous fera ni chaud ni froid dans 5 ou 6 ans. en effet, le web participatif deviendra le web par réference. le besoin de chacun d'imaginer (ou plûtot de vivre) son parfait, ce besoin croit de jour en jour. si durant les décennies passées holywood faisait l'affaire, et que actuellement la télé-réalité le fait, et bien les secondlife et les cyworld seront (sont) l'ultime étape. la peur est de voit les gens se délaisser de leur vie réelle et se contenter de vivre digitalement une vie parfaite.

Soumis par MANSOURI MOHAMED (non vérifié) - le 04 avril 2007 à 10h40

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas