Comment redonner la main à l’utilisateur sur ses données personnelles?

Par 02 février 2015 1 commentaire
la databox comme solution aux données personnelles

Devant l’avalanche de questions suscitées par la gestion des données numériques personnelles, des chercheurs anglais veulent créer un logiciel qui centralise et gère les informations.

Vol d’identité, informations revendues à des fins plus ou moins avouables, respect de la vie privée… les problèmes engendrés par les données personnelles dématérialisées sont nombreux. Le législateur tente depuis peu de s’emparer de ce sujet et récemment la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) tentait de sensibiliser les internautes avec force vidéos et tweets.

Mais ces solutions à la fois légales et préventives semblent encore tâtonnantes. D’où l’idée de Hamed Haddadi professeur à la Queen Mary University de Londres et de ses collègues de Cambridge de développer une solution informatique à ces problèmes. Leur idée a été de mettre au point un petit logiciel qu’ils ont baptisé Databox. Sous forme de plateforme en ligne, l’outil collecterait les données de l’utilisateur à partir de son navigateur et de ses objets connectés et déciderait ensuite de qui y a accès. Sont ainsi concernées les données de navigation, d’achats en ligne, de réseaux sociaux, d’e-mails, etc.

Dans les faits, le principe n’est pas de transférer les données que détient Facebook par exemple (photos localisations, statuts…) à la Databox. Il s’agit plutôt de centraliser ces informations dans le logiciel qui décidera seul des accès éventuels à des tiers à la place du réseau social. La Databox ne détiendra en elle-même aucune donnée. La gestion de ces différents accès en serait grandement facilitée pour les utilisateurs. Sans compter une transparence accrue puisque chacun sait, via ce logiciel, qui a accès à quelles données. L’utilisateur pourrait ainsi décider de vendre certaines données à des tiers, supprimer des informations ou les trier. Il redeviendrait en quelques sortes propriétaire de ses informations. Mais les chercheurs ont bien conscience que cela ne se fera pas sans l’accord des grands acteurs du net ou sans impulsion gouvernementale.

Cela étant, même s’ils l’ont déjà baptisé, l’équipe d’informaticiens n’a pas encore développé le logiciel. Ils ont essayé d’envisager sa faisabilité et ses limites. Reste à déterminer si la Databox doit être physique ou uniquement virtuelle. Les chercheurs envisagent ainsi les deux pistes. Créer une sorte de “hub” physique, comme un disque dur connecté, aurait selon eux l’avantage de séduire plus facilement les internautes et d’augmenter la confiance.

Car un autre frein au développement d’une Databox peut survenir : l’absence de demandes. Les chercheurs sont effet sceptiques quant au degré de conscience des internautes face aux dangers liés à cette “ruée vers l’or des données personnelles”. Pas évident donc qu’ils soient demandeurs d’un logiciel comme la Databox. Autant d’interrogations qui pourraient freiner le développement du logiciel mais plusieurs des chercheurs impliqués dans l’étude croient en sa réalisation à travers le projet Nymote qui se place sur un créneau similaire.

Haut de page

1 Commentaire

L'idée est bonne mais pas neuve, il y a plein de sociétés qui gèrent ces problématiques, plus ou moins bien. Visiblement, ce n'est encore que sur papier pour ces anglais. Je rêve d'un outil, juste une appli, qui permet de tout contrôler de sson smartphone, mais en tout crypté, comme sur le blackphone.

Soumis par Jonathan46 (non vérifié) - le 03 février 2015 à 16h11

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas