Pour les réfugiés, les télécommunications aussi sont de première nécessité

Par 14 août 2009

Internet et téléphonie permettent aux personnes déplacées de garder un lien avec leurs proches. Ce qui apporte un mieux être apte à faciliter leur intégration. Mais leur généralisation est loin d'être acquise.

Il ne faut pas seulement proposer aux réfugiés de la nourriture, des soins et un logement. Il est également nécessaire de leur permettre d'accéder aux technologies de l'information, rappelle l'Institute for Interactive Media and Learning (IIML). Celui-ci a étudié les habitudes numériques de réfugiés ayant séjourné dans des centres de rétention ou des camps de réfugiés et s'étant ensuite installés en Australie. Résultat : l'accès à des outils comme le mail ou le téléphone facilite la communication avec les proches. Ce qui a un impact direct sur la survie, le bien-être et l'intégration des personnes déplacées.
Les contraintes financières ou culturelles
"Les restrictions d'accès aux TIC produisent un impact important sur la santé émotionnelle des réfugiés", explique à L'Atelier Linda Leung, responsable du projet. "Comment rester tranquille sans faire savoir à sa famille qu'on est en vie ?". Et le problème, c'est que l'accès à des tels supports reste encore difficile. Obligeant les réfugiés à recourir à des astuces. Par exemple, payer un pot-de-vin pour emprunter un téléphone ou accéder à Internet. L'autre difficulté : même si la personne déplacée a accès aux télécommunications, ce n'est pas toujours le cas pour les membres de sa famille. En effet, les infrastructures peuvent être détruites ou limitées, suite à une guerre ou des restrictions gouvernementales et militaires.
Influencer les centres de détention
Il existe par ailleurs des contraintes culturelles : dans certains pays il n'est pas jugé approprié de voir une femme utiliser les moyens de télécommunications. La communication doit du coup passer par des hommes. Suite à cette étude, l'IIML ambitionne d'organiser un forum pour sensibiliser les organisations humanitaires sur la nécessité d'améliorer l'accès aux TIC pour permettre aux réfugiés et demandeurs d'asile de communiquer avec les leurs. Le but étant entre autres d'améliorer l'accès aux TIC en agissant sur les centres de rétention eux-mêmes.
* Institute for Interactive Media and Learning

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas