Regard sur le Lift 2011

Par 03 février 2011
Lift

Les médias sociaux, les sites participatifs et la rapidité de transmission de l'information ont changé énormément nos sociétés et ouvrent de nouveaux défis pour les gouvernements et les entreprises. On parle de plus en plus de “Révolution Wiki”, de l'impact qu'ont les nouvelles technologies de l'information et de la communication sur nos sociétés et des changements auxquels nous devront faire face pour adapter ce nouveau système à nos sociétés capitalistes. C'est le constat qui ressort de l'ensemble des interventions qui ont eu lieu au Lift Conference 2011 qui s'est tenu à Genève du 2 au 4 février.

Cette nouvelle façon de communiquer via les médias sociaux ainsi que l'échange de contenu libre et gratuit ont largement influencé la Révolution de Jasmin en Tunisie et celle qui se prépare en Egypte”. C'est le constat qu'émet Don Tapscott, spécialiste de l'influence des nouvelles technologies sur nos sociétés. On assiste en effet à une reconstruction des institutions sur un modèle en réseau où l'ensemble de la communauté est connectée et influence en masse les changements de demain. Cela permet de créer un sentiment de conscience générale, de collaboration pour faire émerger le changement. C'est exactement ce qui s'est passé en Tunisie où l'information, les photos qui ont circulé sur Internet ont poussé les gens à descendre dans la rue. Les défis sont les mêmes pour les entreprises qui doivent dans tous les domaines “être les premières, trouver un modèle de développement unique et toujours différent”, ajoute Jean-Claude Biver, Patron d'une entreprise horlogère suisse. Et ce, ajoute-t-il “pour survivre dans un milieu où l'information et les idées circulent à une vitesse folle”. Les médias sociaux et les sites d'échanges permettent de stimuler la créativité car les gens peuvent s'exprimer en toute liberté. Les dirigeants, qu'ils soient chefs d'entreprise ou hommes politiques doivent donc compter sur une société connectée à laquelle on ne peut plus mentir facilement. “Nous vivons dans un monde de l'hyper-transparence innovatrice”, conclut Don Tapscott.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas