Regroupements stratégiques des fabricants de puces informatiques

Par 08 mars 2004

L'heure est à la collectivisation de la recherche, dans le secteur des semi-conducteurs. Une tendance confortée aujourd'hui par le sud-coréen Samsung Electronics, qui a annoncé son association au...

L’heure est à la collectivisation de la recherche, dans le secteur des semi-conducteurs. Une tendance confortée aujourd’hui par le sud-coréen Samsung Electronics, qui a annoncé son association au consortium mené par IBM et auquel participent déjà le singapourien Chartered Semiconductor Manufacturing et l’allemand Infineon.

L’objectif de ce rapprochement est de concourir au développement de très petites puces, de 65 nanomètres pour commencer, puis de 45 nanomètres – ou 45 milliardièmes de mètres. Les quatre fabricants travailleront conjointement au sein du centre technologique IBM de New-York. Le principe est de permettre à chaque société de mettre en oeuvre, au sein de ses propres unités de fabrication, les procédés issus d'un effort conjoint de développement.

Samsung devrait également, en vertu d’un accord distinct passé avec IBM, acquérir les droits de licence sur les technologies à 90 nanomètres CMOS, que le sud-coréen souhaite intégrer à divers produits : lecteurs DVD, télévisions de haute définition, etc. Aucun montant n’a été dévoilé, concernant ce rachat de licence, mais un porte-parole d’IBM a annoncé que Big Blue avait déjà récolté 500 millions de dollars depuis 2001.

Pour les fabricants, le type de partenariats que Samsung vient de conclure avec IBM est essentiel ; il devrait permettre au premier, qui peine actuellement à passer du 110 nm au 100 nm, d’avancer dans ce domaine et de voir la densité de transistors sur les microprocesseurs de ses produits doubler tous les ans ou tous les deux ans (loi de Moore).

Sur le même principe de rapprochement, Samsung et Sony ont parachevé aujourd’hui même un accord pour investir 1,44 milliard d’euros dans une coentreprise à parité de fabrication d’écrans LCD (Liquid Crystal Display) pour télévisions.

Certains continuent cependant de refuser cette tendance stratégique à la mise en commun des activités de recherche. Intel, plus gros fabricant de semi-conducteurs, et grand investisseur dans la recherche sur les puces informatiques, protège jalousement ses secrets de fabrication.

(Atelier groupe BNP Paribas –08/03/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas