Réguler le trafic passe par un réseau routier virtuel

Par 14 mai 2008
Mots-clés : Digital Working, Europe

Le contrôle de la circulation routière en Allemagne marie des technologies informatiques et de capteurs avancées. Celles-ci autorisent une gestion globale et en temps réel du trafic, le tout à des coûts réduits.

Capteurs vidéo, bases de données informatisées et cartographies numériques sont les technologies clés de la régulation du trafic routier. Un tryptique sur lequel repose le projet de recherche allemand ORINOKO (Operative Regional Integrated and Optimized Corridor Control) qui vise au développement de nouveaux processus pour le contrôle des flux de circulation. Parmi les méthodes récemment mises au point dans le cadre de ce programme on compte notamment une banque de données comprenant une version numérique du réseau routier. "Cette base intègre un très grand nombre d'informations telles que les temps de parcours, l'état du trafic, la longueur des bouchons, le tout provenant de sources distinctes", a déclaré Georg Forster, chercheur à l'Institut Fraunhofer des systèmes d'infrastructures et de transport (IVI), le centre de recherche en charge du projet.
Combinaison technologique
Cette carte numérique du réseau routier s'accompagne d'interfaces spécifiquement conçues pour permettre la visualisation de ces données dynamiques. Une seconde expérimentation toujours dans le cadre de ORINOKO a consisté en un déploiement de systèmes de capteurs vidéo à l'échelle de la ville de Nuremberg. Ces caméras intègrent une partie informatisée leur permettant de générer automatiquement des statistiques directement exploitables. Les données provenant de ces dispositifs dispersés sont transmises en temps réel à un système informatique centralisé ayant pour fonction de traiter l'ensemble de l'information. C'est à partir de ce dernier que le trafic peut ainsi être contrôlé et régulé par les autorités compétentes.
Flexibilité et efficacité coût
"Cette combinaison de technologies informatiques avancées et de logiciel de traitement de l'image délivre des données d'une qualité similaire aux systèmes employés traditionnellement", déclare le directeur de l'IVI, Ulf Jung, qui ajoute "qu'ils sont cependant meilleur marché et plus flexibles d'utilisation". Les détecteurs vidéo ainsi utilisés sont capables de fournir des informations concernant jusqu'à six voies de circulation simultanément. Parmi les éléments pris en compte on trouve notamment le nombre de voitures présentes, leur vitesse et d'autres facteurs utiles dans le cadre de la régulation du trafic. A noter : ce projet a bénéficié d'un financement sur trois ans octroyé par le Ministère fédéral de l'économie et de la technologie allemand (BMWi).

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas