Les relais de communication sans-fil s'adaptent au terrain

Par 08 août 2008
Mots-clés : Smart city

Le NIST développe un logiciel capable d'optimiser les communications sans-fil dans les environnements accidentés et en cas de catastrophe. Ce, en calculant la position des relais afin d'assurer une connectivité idéale malgré les obstacles.

Gérer les communications sur des lieux sinistrés et dans des situations d'urgence reste un défi pour les équipes de secours. Le National Institute of Standards and Technology (NIST) a développé un prototype qui permet de maintenir une communication sans-fil à double sens que pourront installer les premiers secours arrivés sur place, aussi bien dans des cas d'incendies, d'éboulements dans des mines ou d'effondrement de tunnels. Lors de ce type d'incidents, les échanges passent habituellement par des systèmes radio : un dispositif souvent trop peu efficace dans des environnements accidentés et souvent clos. La solution du NIST repose sur ce que les chercheurs ont baptisé un "breadcrumb communication system" ou littéralement "un système de communication par miettes de pain".
Une stratégie d'adaptation
Il s'agit en effet d'une méthode digne du petit poucet et de ses petits cailloux : les secouristes déploient des relais à intervalles irréguliers, qui permettent de garantir la connexion sans-fil, même sur des terrains accidentés. Ces bornes sont habituellement positionnées automatiquement, à distance égale. Le projet du NIST y a intégré un logiciel capable de calculer la puissance du signal reçu par chaque relais et de prévenir l'utilisateur en cas d'une trop faible réception. Il conseille alors ce dernier sur la meilleure position à adopter pour placer le relais. Ce qui permet de semer le long du chemin des équipes de secours un fil d'Ariane qui assure une connexion optimisée et un lien permanent entre les équipes de secours et leur centre de commande. "C'est un vrai avantage par rapport aux précédents systèmes", explique Nader Moayeri, membre du projet.
Eviter les interférences et dégradations du signal
"Les règles statiques habituellement appliquées ne prennent pas en compte toutes les variables de l'environnement qui affectent la détection du signal radio, comme des atténuations de celui-ci ou des interférences". Il rappelle que les conditions d'émissions sont en effet très différentes entre une mine de charbon, un hypermarché ou encore une usine. Le système adaptable développé par le NIST a été testé via des logiciels de simulation, permettant de vérifier la puissance des signaux envoyés, selon différents scénarii catastrophe et dans des environnements divers. Pour rappel, le projet Wisecom propose également d'établir un réseau de communication fiable après un accident. Il a développé un réseau GSM mobile qui se connecte à un satellite.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas