Les rémunérations des financiers sont en hausse

Par 22 janvier 2003
Mots-clés : Smart city, Europe

La dernière étude d’Oberthur Consultants, société spécialisée dans le conseil en rémunération et en communication sociale, réalisée d’octobre 2001 à octobre 2002, porte sur les salaires ...

La dernière étude d’Oberthur Consultants, société spécialisée dans le conseil en rémunération et en communication sociale, réalisée d’octobre 2001 à octobre 2002, porte sur les salaires des financiers. Selon l’étude, les rémunérations totales individuelles ont progressé au cours de la période étudiée de 4,3 %, tous postes confondus. Au cours de cette même période, les salaires totaux moyens ont crû de 0,6 % et le turn over atteint les 4,9 %.Les augmentations de salaires concernent les postes de directeurs financiers (+ 6,6 %), de responsables de l’audit interne, de responsables de la gestion du risque client (+ 7,9 %) et de directeurs comptables (+ 5,9 %). Une véritable pénurie de compétences existe pour certains métiers, ce qui entraîne une valorisation importante des salaires. Elle concerne les profils spécialisés et pointus comme les consolideurs, les auditeurs et les contrôleurs de gestion. Les salaires des contrôleurs de gestion opérationnels confirmés et juniors ont augmenté de 6,9 et 9 % et ceux des contrôleurs de gestion centraux juniors de 10,7 %.La rémunération des auditeurs internes confirmés et juniors a progressé respectivement de 7 ,6 % et de 7,9 %. Les métiers de la gestion du risque client enregistrent aussi des hausses de salaires importantes. Le salaire d’un credit manager expérimenté a progressé de 7,3 % et celui d’un junior de 8,5 %.La plus forte augmentation des salaires des métiers comptables concerne les comptables expérimentés en comptabilité auxiliaire : + 4,7 %. Les métiers d’inspecteurs sont parmi les mieux rémunérés des métiers de la finance. Le salaire d’un inspecteur senior a crû de 5,1 % et celui d’un inspecteur junior de 10,6 %. Selon l’étude, les jeunes diplômés bénéficient toujours de hausses de salaires importantes. Le taux de démission est plus important chez les jeunes dîplomés. Ils n’hésitent plus à changer de poste. En effet, leurs compétences sont très recherchées et les entreprises soucieuses de les fidéliser développent des politiques de rémunération très attractives. La banque et l’assurance, le pétrole, la chimie fine et les laboratoires pharmaceutiques sont les secteurs qui payent le plus. Il vaut mieux également travailler à Paris et en Région Parisienne qu’en province (écart de 26,6 %). (Christine Weissrock – Atelier Groupe BNP Paribas – 22 janvier 2003)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas