Rencontres de l'ART 1/2 : Devedjian plaide pour un essor du dégroupage

Par 02 décembre 2004
Mots-clés : Digital Working, Europe

''Le haut débit des villes et le haut débit des champs''... L'expression est du ministre délégué à l'industrie Patrick Devedjian. Lors des neuvièmes entretiens de l'Autorité de Régulation des...

"Le haut débit des villes et le haut débit des champs"... L'expression est du ministre délégué à l'industrie Patrick Devedjian. Lors des neuvièmes entretiens de l'Autorité de Régulation des Télécommunications (ART), le ministre a exprimé sa crainte d'une fracture numérique entre zones rurales et zones urbaines qui verrait les premières limitées à des offres de services Internet chères dans des zones non dégroupées, tandis que les utilisateurs des secondes pourraient jouir de "l'Internet haut débit, de téléphonie gratuite et illimitée et de télévision par dizaines de chaînes".

Patrick Devedjian a par ailleurs rappelé à l'ART que son rôle était de faire en sorte qu'il existe "une concurrence durable et effective sur l'ensemble des marchés mais aussi sur la totalité du territoire". Se félicitant du million de lignes ADSL déjà dégroupées, le ministre a exprimé le souhait que le dégroupage s'intensifie nettement...

Un positionnement qui ne cadre pas tellement avec les souhaits de France Télécom ; rappelons qu'il y a quelques jours, l'opérateur historique réclamait devant le Conseil d'Etat une augmentation des tarifs auxquels il loue aux opérateurs Internet la dernière partie de ses lignes téléphoniques, autrement baptisées boucles locales.

Sans l'avoir demandé, le groupe vient donc de recueillir l'avis du gouvernement sur la question !

(Atelier groupe BNP Paribas - 02/12/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas