En reprenant AirTouch, Vodafone devient le numéro un mondial du téléphone mobile.

Par 18 janvier 1999

Bell Atlantic ayant déclaré forfait ce week-end, la société britannique de téléphone mobile, Vodafone, annonce la reprise de l'américain AirTouch pour un montant de 60 à 66,5 milliards de dollars ...

Bell Atlantic ayant déclaré forfait ce week-end, la société britannique de
téléphone mobile, Vodafone, annonce la reprise de l'américain AirTouch
pour un montant de 60 à 66,5 milliards de dollars (51,3 à 56,8 milliards
d'euros), en incluant une reprise de dettes.
Réalisée essentiellement par échange d'actions, l'opération va donner
naissance au numéro un mondial de la téléphonie mobile avec 110 milliards
de dollars (94,8 milliards d'euros) de capitalisation boursière et 23
millions d'abonnés présents dans 23 pays et sur 4 continents.
Chris Gent, l'actuel patron de Vodafone, dirigera cette nouvelle société.
Le PDG d'AirTouch, Sam Ginn deviendra président non exécutif du conseil
d'administration. Les deux groupes nommeront chacun sept des quatorze
membres du Conseil d'administration de la nouvelle société. Le siège
social de Vodafone AirTouch Plc restera basé à Newbury, près de Londres,
la direction pour l'Amérique et l'Asie restant à San Francisco
(Californie), actuel siège d'AirTouch.
En ayant surenchéri de près de 15 milliards de dollars sur l'offre de Bell
Atlantic, Vodafone a pulvérisé toute concurrence potentielle. Le montant
de son offre représente l'acquisition d'une société américaine la plus
importante jamais réalisée par un groupe britannique.
En cas d'échec de la fusion, AirTouch devra verser une "indemnité de
rupture" massive de 1 milliard de dollars à Vodafone.
Grâce à leur forte complémentarité géographique, les deux groupes vont
pouvoir créer un réseau mondial de téléphonie mobile.
Comptant deux millions d'abonnés au Royaume-Uni (et l'équivalent à
l'international), détenant 38 % du marché britannique, Vodafone, numéro un
du téléphone mobile britannique, est surtout présent en Europe du Nord, en
Allemagne, aux Pays-Bas, en Suède, en France où il détient 20 % de SFR.,
ainsi qu'en Grèce, à Hongkong et en Australie.
Comptant 7,5 millions d'abonnés aux Etats-Unis (le même nombre à
l'international), la société AirTouch est également présente un peu
partout dans le monde, notamment en Belgique, en Allemagne, en Italie, en
Espagne, en Pologne, en Inde et au Japon.
Les deux groupes sont déjà associés au sein du réseau de satellites
Globalstar.
Les ambitions du nouvel opérateur mondial ne se limitent pas au téléphone
mobile comme le précise Sam Ginn "Vodaphone AirTouch aura la taille et les
ressources financières pour saisir les opportunités futures et jouer un
rôle de tout premier plan non seulement dans le secteur du téléphone
mobile, mais aussi dans toute l'industrie des télécommunications".

Ayant raté l'occasion de devenir un opérateur de mobiles aux Etats-Unis
capable de rivaliser avec les réseaux nationaux d'ATT et de Sprint, Bell
Atlantic entend maintenir sa collaboration avec AirTouch au sein de
PrimeCo (société commune commercialisant des services de téléphonie mobile
numérique dans une trentaine de grandes villes américaines). Alors que
dimanche, AirTouch proposait à Bell Atlantic un partenariat global sur le
marché américain du mobile, Bell Atlantic n'a pas encore fait connaître sa
réponse.
(Le Figaro - 16-17/01 et 18/01 - Le Monde - 17-18/01 - Les Echos - La
Tribune - Libération - 18/01/1999)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas