La reprise ne passe pas que par le secteur technologique

Par 08 mars 2010
Mots-clés : Smart city

Le secteur high-tech améliore la productivité de nombreux secteurs. Mais il est encore trop petit pour que l'on mise exclusivement dessus pour renouer avec la croissance.

Pour sortir de la crise et retrouver le chemin de la croissance, les dirigeants américains n'ont pas intérêt à se concentrer trop exclusivement sur les nouvelles technologies, affirme le cabinet McKinsey dans un rapport*. Leur influence est en effet faible sur l'économie : le secteur des semi-conducteurs, par exemple, représente à peine 0,5% de l'emploi dans les pays développés. Sans compter que les périphériques utilisés sont bien rarement produits localement. En revanche, leur rôle dans l'accroissement de la productivité des autres secteurs est indéniable. D'après les auteurs du rapport, l'efficacité des politiques de croissance adoptées dépendra donc plutôt de leur capacité à s'ajuster aux industries qui font la force de chaque pays.
Favoriser la formation de compétences
Six groupes ont été identifiés, avec pour chacun les mesures les plus à mêmes de tirer la croissance. Pour le secteur des services aux entreprises, qui comprend aussi bien la recherche et développement que la production de logiciels, la compétitivité d'un pays se mesure à l'aune du vivier de talents à sa disposition. Plus que dans tout autre secteur, la meilleure manière pour un gouvernement d'intervenir est donc de faciliter la formation d'ingénieurs et de chercheurs de haut niveau à un coût compétitif. Pour le reste, le cabinet estime que le marché est le plus sûr aiguillon des entreprises du secteur, et les Etats doivent se contenter de favoriser la libre concurrence.
Trouver le bon équilibre entre oligopoles et concurrence parfaite
En ce qui concerne les infrastructures, comme les télécoms, c'est dans la mise en place d'un environnement législatif équilibré que se trouve le secret. En effet, une concurrence limitée favorise la maîtrise des coûts, tandis que la multiplication des opérateurs permet l'apparition d'offres plus attractives pour les consommateurs. Pour favoriser l'industrie de production à haute valeur ajoutée, comme les semi-conducteurs, le soutien public est important. Les entreprises qui connaissent le plus de succès bénéficient soit d'importantes commandes de l'armée, par exemple, ou d'investissements publics. Malgré tout, même massivement soutenus, il est difficile à de nouveaux entrants d'intégrer ce marché.
* How to compete and grow: A sector guide to policy

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas