Le réseau social d'entreprise ne créé pas du lien, mais du savoir

Par 12 février 2009 5 commentaires
Mots-clés : Smart city

Encourager ses collaborateurs à utiliser des outils de networking n'est pas prendre le risque de les voir se disperser. Au contraire, cela fluidifie le passage de l'information.

L'utilisation des outils de networking en entreprise diffère de celle que nous avons dans la sphère privée"par l'intention et les motivations qui leur sont liées". Voilà l'opinion de Nicola Millard, qui mène un projet de recherche sur les réseaux sociaux chez BT Global Services Consulting. Raison invoquée : dans la sphère privée nous cherchons avant tout à créer des liens personnels. Alors qu'en entreprise, les collaborateurs cherchent davantage à partager le savoir et à communiquer. D'où l'intérêt d'encourager leur diffusion. Interrogé par L'Atelier, Bertrand Duperrin, consultant chez BlueKiwi, estime que "cette limitation des intermédiaires au sein des entreprises concourt à la constitution plus rapide d'équipes où les profils d'expertise se complètent." Donc atteindre les objectifs de l'entreprise, dans les meilleures conditions.
Créer de la valeur ajoutée
"L'utilisation en interne des réseaux a pour objectif de créer une plate-forme horizontale de partage et d'échange au sein des équipes", ajoute le consultant en e-marketing Patrice Albertus. Cela nécessite, selon Nicola Millard, d'accepter de casser les hiérarchies et le contrôle managérial. Ce qui est intéressant, c'est que ce type d'outils permet aussi à l'entreprise de mieux communiquer en externe. Les collaborateurs deviennent alors des ambassadeurs de l'entreprise. Selon la chercheuse, pour que ces outils s'intègrent aux process de l'entreprise, il est nécessaire d'y sensibiliser les collaborateurs. Elle conseille de ne pas en imposer l'utilisation, mais de l'encourager.
Réseau social interne : l'utilité avant tout
L'un des freins pour le recours aux réseaux sociaux, selon elle, serait le manque de temps et d'énergie des équipes. Un constat que ne partage pas Bertrand Duperrin : "L'utilisation du réseau social en entreprise n'a de raison d'être que si l'outil présente une réelle utilité dans la réalisation des tâches quotidiennes. Les collaborateurs doivent y voir un sens, sinon ils ne l'utiliseront jamais." Dans ce cas, le retour sur investissement peut être directement observé, car il en découlera logiquement : un outil utile dans l'avancée des projets produira nécessairement un ROI, en permettant d'atteindre plus facilement les objectifs.

Haut de page

5 Commentaires

thanks

Soumis par blog kur (non vérifié) - le 12 février 2009 à 20h56

La question du temps investi dans les réseaux sociaux et les outils de partage est un élément discriminant dans le contexte de l'entreprise. C'est une des raisons pour laquelle les blogs en entreprise ne sont pas adoptés de manière massive. Il faut des applications "zéro overhead".

Soumis par Alain Garnier (non vérifié) - le 19 mars 2009 à 07h08

Et pour continuer, il convient d'ajouter qu'en simplifiant la publication de contenu sous différentes formes (notes, status, discussions...), le réseau social permet à l'entreprise de disposer (enfin) d'un véritable outil de knowledge management.

Soumis par Antoine (non vérifié) - le 03 juin 2009 à 09h15

Merci pour l'interview et retrouvez les dossiers récents en lien avec les outils collaboratifs et/ou réseaux sociaux sur www.patricealbertus.net

Soumis par Patrice Albertus (non vérifié) - le 08 mars 2010 à 08h30

Au delà de l'outil il y a aussi et surtout la question de la démarche et de l'adoption. Quand un projet 2.0 est écrasé sous un vieux mode de management (par exemple une gestion des droits rigides ou une arborescence imposée par la DSI) on retombe dans de vieilles démarches improductive qui n'intéressent pas les employés et donc n'apportent rien. Au "zéro overhead" d'Alain j'ajouterais donc aussi la question de l'authenticité de la démarche, gage d'appropriation du service par les équipes. Un réseau social où on n'a pas le droit de partager, c'est inutile!

Soumis par Sébastien Blanc (non vérifié) - le 27 avril 2010 à 14h13

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas