Réseau social en entreprise : "Evaluer l'équipe, plutôt que l'individu"

Par 16 juin 2011 Laisser un commentaire
Un réseau de bonhommes

Evaluer l'influence des salariés en fonction de leur implication sur les réseaux sociaux interne n'a pas de valeur si on ne le replace pas dans le contexte d'un projet d'équipe.

Entretien avec Anthony Poncier, Directeur/Consultant chez USEO en management et entreprise 2.0.

L'Atelier : Dans quelle mesure faut-il évaluer l'influence des collaborateurs sur les réseaux sociaux d'entreprise ? 

Anthony Poncier : L'influence sur les réseaux sociaux est encore souvent basée sur des critères quantitatifs, c'est-à-dire le nombre de commentaires postés, d'amis ou de followers. Dans une entreprise, ce qu'il faut regarder, c'est avant tout la valeur ajoutée. La quantité n'est en effet pas toujours synonyme de qualité et c'est pour cette raison qu'on ne peut pas évaluer uniquement la valeur d'un collaborateur en fonction de sa participation plus ou moins active au réseau interne. Au delà d'un jugement de l'influence d'un seul individu, il est beaucoup plus intéressant de penser global. Il faut alors se demander dans quelle mesure l'outil collaboratif sert l'entreprise toute entière et comment celle-ci peut l'utiliser à la fois pour aider à la gestion des talents et à la mobilité, l'évolution des collaborateurs.

Qu'est ce qu'implique la mise en place de tels outils de mesure ?

Je ne suis pas vraiment convaincu du fait que les entreprises, tout du moins en France, doivent mettre en place des systèmes visant à mesurer la e-réputation de leur collaborateur. Il vaut mieux travailler sur la reconnaissance dans la communauté et évaluer l'équipe plutôt que l'individu. Pour cela, il faut repenser la manière d'évaluer le salarié. La question qui se pose c'est de savoir comment les managers doivent s'approprier ces outils. Ils doivent avant tout l'utiliser pour mieux connaître leurs collaborateurs, pour les aider à s'exprimer quant à leur aspiration de carrière par exemple. Pour cela, les réseaux sociaux, pour fonctionner efficacement doivent impliquer à la fois les services informatiques, la communication et les ressources humaines trop souvent oubliées.

Il existe encore beaucoup de réticences...

Sur les réseaux sociaux et encore plus lorsque l'on parle des réseaux internes à l'entreprise, l'outil peut faire peur. Les salariés peuvent sentir de l'intrusion. En effet il faut déjà accepter le regard qu'ont les autres par rapport à soi. C'est au top management d'expliquer les implications, la stratégie globale afin de montrer que toute l'entité a à y gagner. Cela oblige alors à une relation de confiance entre les différents partenaires au sein de l'entreprise, il faut également accepter le risque et donc l'échec. Pour que cela fonctionne il faudra dans tous les cas remettre à plat les processus collaboratifs avec les syndicats, car les implications en terme d'organisation sont souvent très importantes.

Haut de page

Vos commentaires

(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Aucune balise HTML autorisée
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

En soumettant ce formulaire, vous acceptez la politique de confidentialité de Mollom.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas