Le réseau social ouvre le chemin au fauteuil roulant

Par 10 juin 2009
Mots-clés : Smart city, Afrique

L'appareil de l'ESIEA propose à l'utilisateur de télécharger sur son ordinateur de bord un itinéraire qui tient compte des difficultés d'accessibilité. Celles-ci ont été renseignées par les membres d'un site participatif dédié.

Pour rendre l'environnement plus adapté aux personnes à mobilité réduite, une équipe de l'ESIEA mise sur le collaboratif. Elle a mis au point le fauteuil roulant électrique Sweet*, relié à un réseau social. Réseau sur lequel les membres laissent des indications sur les difficultés qu'ils ont rencontrées en se déplaçant. Avant de quitter son domicile, le système propose à l'utilisateur de précharger son itinéraire. Il reçoit ensuite sur son ordinateur de bord une feuille de route qui tient compte des conseils délivrés précédemment par les membres du réseau. Pendant son déplacement, l'écran indique les directions à suivre, comme un GPS classique. Mais en y ajoutant les informations sur l'accessibilité des lieux environnants.
Un système d'appel d'urgence intégré
"Le réseau fonctionne comme une base de données sur Internet téléchargeable dans l'ordinateur de bord afin de rendre les parcours le plus confortable possible", explique à L'Atelier Patrick Gaudiche, l'un des trois créateurs du fauteuil. L'ordinateur précise également les distances parcourues et restantes afin d'informer l'utilisateur de l'autonomie disponible des batteries. En cas d'incident, de panne de batterie ou de tout autre problème, la personne est à même d'alerter un tiers, grâce à la fonction GSM. En pressant un bouton, un appel d'urgence contenant toutes les informations de localisation (coordonnées GPS, adresse etc.) est envoyé par SMS à un contact dont les coordonnées ont été préprogrammées (service d'ambulance, proche, hôpital).
Un vérin pour franchir les obstacles
Dernière innovation de ce fauteuil : un vérin mis au niveau de l'essieu des roues avant aide à franchir les obstacles comme un trottoir ou une petite marche. En cas de passage surélevé, celui-ci s'allonge pour se planter sur le rebord. Une fois que les roues avant ont atteint la hauteur souhaitée, les roues arrière propulsent le fauteuil vers l'avant lui faisant franchir l'obstacle. Le système complet doit être installé lors de la construction du fauteuil. Le coût de cette installation est de moins de sept cents euros. Le projet a remporté le concours Imagine Cup français et est finaliste à la compétition internationale qui se tient du 4 au 7 juillet prochain en Egypte.
*Smart Wheelchair with Embedded Electronic Technology

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas