Les réseaux comportementaux déterminent la technique

Par 16 juin 2008
Mots-clés : Digital Working

Les usages des internautes influencent en profondeur les évolutions des réseaux Internet. Il s'agit pour les fournisseurs d'optimiser les connexions en fonction de ces changements.

Les réseaux de connexion dépendent aussi des comportements. C'est-à-dire les usages des internautes, qui eux-mêmes établissent de manière autonome des réseaux de communication collective : les mails, mais aussi de façon plus élaborée, les échanges en mode Peer to Peer ou encore la VoIP. Autant d'usages qui au final ont une influence sur les techniques. En effet, communiquer par texte, ou par voix, ou échanger des données ne requièrent pas les mêmes exigences techniques. L'étude "Structural Analysis of behavioral networks from the Internet" démontre ainsi l'étroite corrélation qu'il existe entre usages et évolutions techniques. Néanmoins, "si on regarde l'utilisation d'Internet ces dix dernières années, on a eu des changements conséquents dans les types de trafic et d'usages, mais pas de modifications spectaculaires dans les principes architecturaux", indique à L'Atelier Emmanuel Darmois, de la direction technique d'Alcatel-Lucent.
Le théorème de permanence d'Internet
Et de continuer : "c'est le théorème de permanence d'Internet : on pense que c'est une architecture solide, et qu'elle fonctionnera toujours tant qu'on augmentera en parallèle la taille des réseaux et des routeurs pour suivre les usages". Un point de vue que tous ne partagent pas. Ainsi, les opérateurs cherchent à mettre en place des moyens de faire évoluer les réseaux en fonction des types de services exécutés par les utilisateurs : le réseau s'adapte selon la VoIP, ou bien les échanges en mode P2P, etc."La vraie difficulté est de permettre une utilisation aussi transparente que possible sans que les opérateurs des réseaux doivent avoir recours à des investissements massifs : la solution passe par une optimisation des réseaux qui modifie en douceur l’architecture actuelle basée sur une approche «best effort»", assure Emmanuel Darmois.
Régulation et optimisation
Il existe cependant des moyens de régulation du réseau et d'optimisation des connexions, ainsi que des possibilités explorées par les opérateurs. "Parmi elles : la technique d'inspection des paquets, la prioritarisation des trafics, ou encore le déploiement de nœuds à l'intérieur du réseau pour faire du caching", indique Omar Elloumi, de la direction technique d'Alcatel-Lucent. Autre voie, différente des approches techniques : celle des accords entre fournisseurs de contenu et d'accès. "Il s'agit dans ce cas de nouveaux business models, basés sur le partage des revenus entre les acteurs", note Emmanuel Darmois. Il donne ainsi l'exemple de nouveaux services, comme le lecteur numérique "Kindle" d'Amazon, inspiré par les usages des internautes, et à la source de nouveaux business models.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas