Des réseaux de diffusion modestes font l'efficacité d'Internet

Par 02 avril 2010
Mots-clés : Digital Working

Bien qu'il ait atteint des dimensions gigantesques, le ''réseau des réseau'' s'appuie sur un nombre de noeuds très faibles pour gérer la majorité du trafic. Une structure qui lui permet le transfert rapide de données.

Alors qu'Internet a atteint une taille immense en trois décennies, son réseau à proprement parler est resté très petit, explique un chercheur de l'University College London. Dans une étude baptisée Pourquoi Internet est-il si petit ?, il explique que le nombre très faible de liens dont il est constitué - à peine 0,05 % du total possible - en fait un moyen très efficace de diffuser des paquets de données à travers le monde. Deux propriétés du "réseau des réseaux" l'expliquent : le phénomène dit de "club des riches" et celui de "mélange non assorti". "Internet est constitué de millions de routeurs, groupés en milliers de sous réseaux appelés systèmes autonomes", explique le chercheur.
|t|La présence d'un "club des riches" de liens extrêmement connectés
Généralement, ces derniers sont sous le contrôle d'un fournisseur d'accès à Internet. Avec le temps la structure macroscopique d'Internet s'est stabilisée, et même si on compte plus de 20 000 noeuds (les systèmes autonomes) reliés par environ 50 000 liens, il constitue un réseau épars. Ce que les spécialistes ont baptisé "club des riches" concerne en fait un petit nombre de noeuds extrêmement connectés. Les membres de ce club sont également très connectés entre eux. Si deux noeuds de ce groupe ne sont pas directement reliés l'un à l'autre, il y a de fortes chances qu'ils le soient par l'intermédiaire d'un membre voisin. On peut donc faire circuler une information - en l'occurrence un paquet de données - d'un membre de ce club à un autre en très peu d'étapes.
Une structure qui a aussi un sens économique
Le club des riches fonctionne comme une super plate-forme de transition du trafic Internet en fournissant une sélection très large de raccourcis pour le routage", résume le chercheur. Cette propriété serait pourtant insuffisante pour assurer l'efficacité d'Internet sans le principe de mélange non assorti. En effet, celle-ci s'intéresse aux liens pauvres, c'est à dire à tous les noeuds du réseau pauvrement connectés. Il se trouve que ces noeuds de second ordre ont tendance à se situer en périphérie d'un membre du club des riches, avec lequel ils établissent une connexion. En conséquent, grâce à ce lien privilégié ils accèdent en relativement peut d'étapes à n'importe quel noeud Internet. Le chercheur conclut en rappelant que cette structure dense du réseau a également un sens économique. En effet, moins il y a de liens, moins le réseau est coûteux à gérer et entretenir.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas