Sur les réseaux, les marketeurs ne doivent pas négliger les baby-boomers

Par 21 janvier 2011 1 commentaire
Senior tablette

De plus en plus de personnes âgées de 50 ans et plus utilisent Facebook. Une donnée à prendre en compte par les communicants, qui doivent ajuster leurs opérations, tout en continuant à jouer sur les leviers communautaires.

Les sites communautaires - en premier lieu desquels Facebook - ne sont plus l’apanage des jeunes générations, relève l’agence de marketing en ligne BuzzPlant dans une étude. Les personnes âgées de 50 ans et plus sont désormais également présentes sur les réseaux sociaux, même si elles privilégient encore les courriers électroniques pour communiquer avec leurs proches. De même, plus de 90 % des répondants de la tranche d’âge 41-50 ans demeurent fidèles à l’e-mail, mais plus de la moitié utilise également Facebook désormais. Les marketeurs ont tout intérêt à prendre en compte cette évolution, selon les analystes. Un constat nuancé par Marc Leprat, expert en marketing 2.0 : "il est essentiel d’analyser les usages réels", explique-t-il à L’Atelier.  Et de noter : "Selon cette étude, la part de personnes âgées de plus de soixante ans qui est présente sur Facebook n’est pas négligeable".

Garder la même logique…

"Mais il faut préciser que bien souvent, l’utilisation qui est faite du site communautaire varie sensiblement d’une génération à l’autre", poursuit-il. Ce avec quoi s’accorde également Grégory Pouy, de l’agence Nurun, spécialisée dans le social marketing : "Si les seniors viennent sur Facebook, c’est avant tout pour garder le contact avec leurs familles, enfants, petits-enfants", souligne-t-il, dans un entretien avec L’Atelier. Quant à savoir comment communiquer sur les plates-formes communautaires avec ces populations plus âgées, la question est ouverte. "Les marketeurs ne doivent pas changer l’approche qui était la leur sur les réseaux sociaux sous prétexte qu’ils s’adressent à des populations moins jeunes. Bien au contraire", estime le spécialiste. "L’aspect viral ou communautaire peut très bien fonctionner avec les personnes âgées de 50 ans et plus", confirme Marc Leprat.

…tout en prenant en compte certaines différences

Avant de nuancer : "Après, bien entendu, il faut prendre en compte certaines différences générationnelles. Les seniors sont moins multitâches, par exemple". Les biens virtuels, les jeux sociaux, ou les applications virales demeurent moins pertinentes, a priori, pour les seniors que pour la génération Y. L’important étant de créer du contenu, et de partager quelque chose d’utile, selon Grégory Pouy. Un autre aspect de l’étude : compte tenu de l’importance conservée de l’e-mail pour une partie importante de la population, BuzzPlant préconise de poursuivre la mise en place de newsletters publicitaires. "Cela est assez surprenant, car la montée en puissance de Facebook est la démonstration que de nouvelles approches sont nécessaires", précise Marc Leprat. Et de conclure : "Il faut renverser la logique marketing, en amenant les consommateurs à venir d’eux-mêmes vers la marque".

Haut de page

1 Commentaire

Bonjour,
"Les personnes âgées de 50 ans et plus sont désormais également présentes sur les réseaux sociaux"... C'est oublier un peu trop vite que lorsque le ZX-81 faisait des ravages, ces quinquas avaient tout simplement environ 25/30 ans, précurseurs de l'informatique d'aujourd'hui ;-)
Bien cordialement.

Soumis par Patrice BONNEFOY (non vérifié) - le 31 janvier 2011 à 19h36

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas