Les réseaux mobiles ad hoc ont besoin de filtres de confiance

Par 27 avril 2010

Pour assurer à un utilisateur qui souhaite se connecter à un réseau que les noeuds sont sûrs, l'université de Floride propose de s'en référer à un système qui analyse l'historique de chacun d'entre eux.

La confiance joue un rôle primordial sur les réseaux - quels qu'ils soient - et ce d'autant plus lorsqu'il s'agit de réseaux mobiles ad hoc (Manet), affirment des chercheurs de l'université de Floride. Chaque utilisateur doit en effet avoir la garantie qu'il ne court aucun risque en rejoignant le réseau. Pour satisfaire cette exigence, les scientifiques proposent une application mobile qui utilise plusieurs filtres pour assurer à une personne que les différents nœuds du réseau - en fait, les autres utilisateurs connectés - sont fiables. Et qu'il n'y a pas de risque de piratage. "Pour chaque appareil mobile, l'application sauvegarde en fait dans l'historique du portable la liste des autres appareils avec lesquels il s'est connecté par le passé et, si possible, leur localisation précise, via les données du GPS", détaillent les chercheurs.
Un système de filtres "de confiance"
Lorsque l'utilisateur se connecte à un réseau mobile ad hoc, le système de filtres - dits "de confiance" ("trust advisory filters") - analyse l'historique de chacun des appareils présents sur le réseau. Il détermine la fréquence de connexion : l'appareil a-t-il déjà été mis en relation avec chacun des nœuds, et si oui : combien de fois ? Puis la durée moyenne de ces connexions, par le passé. Ainsi que le comportement de chacun des utilisateurs, les lieux dans lesquels ils se sont rendus les jours précédents, etc. "A partir des données récoltées, chaque filtre produit ensuite un score qui reflète le niveau de fiabilité identifié par le système", précisent les scientifiques.
Choisir les nœuds du réseau avec lesquels se connecter
En partant du principe que plus les nœuds reproduisent un comportement similaire, plus les chances qu'ils soient fiables sont grandes. Par exemple, s'assurer que l'ensemble des utilisateurs se trouvait récemment sur le même campus. Le tout, sans faire appel à une quelconque infrastructure tierce, ni à aucun serveur extérieur. Ce qui est essentiel pour les  réseaux ad hoc, qui en sont dépourvus. A terme, l'application permettra à l'utilisateur de sélectionner les nœuds du réseau avec lesquels il souhaite se connecter. "En fonction de ces critères de fiabilité, mais aussi des priorités de géolocalisation, des informations contextuelles, des préférences personnelles, etc.", concluent les chercheurs.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas