Les réseaux peer to peer créent la monnaie de demain

Par 30 août 2007

Les systèmes de paire à paire consomment de la bande passante et mettent à contribution les machines de leurs utilisateurs. Monétiser ces échanges pourrait faire naître un nouveau type de commerce électronique...

Les systèmes de paire à paire consomment de la bande passante et mettent à contribution les machines de leurs utilisateurs. Monétiser ces échanges pourrait faire naître un nouveau type de commerce électronique.
 
"En passant par un réseau peer-to-peer (P2P), un internaute prend part à une transaction". Cette affirmation étonnante provient d'une équipe de recherche de l'université d'Harvard. L'idée n'est pas farfelue : le membre d'un tel système consomme des ressources sur le réseau, tout en autorisant ce dernier à faire appel à la puissance de calcul de sa machine. Le professeur d'Harvard David Parkes travaille sur Tribler, un logiciel de partage de vidéo décentralisé.
 
La bande passante comme monnaie
 
Pour lui, les univers P2P actuels font en sorte que cette transaction soit équilibrée. La déséquilibrer permettrait, selon ce chercheur, d'accumuler des ressources afin de les dépenser pour des besoins spécifiques. "Cela créerait une nouvelle forme de monnaie, sous la forme de bande passante ou de tranches de méga-octets de données à acheter au sein du réseau peer-to-peer", a-t-il affirmé.
 
Eprouver le concept par l'échange de vidéos
 
Une application décentralisée d'échange de vidéo, du fait de ses besoins importants en bande passante, serait le candidat idéal pour tester ce nouvel ordre monétaire. Les chercheurs évoquent ainsi l'exemple d'un groupe qui collaborerait sur Internet pour créer une vidéo. Ce groupe pourrait acheter des crédits sur Tribler, crédits qu'ils dépenseront lorsqu'ils auront besoin de transmettre leur oeuvre avec un taux de transfert plus rapide que la moyenne.
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 30/08/2007)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas