Réseaux sociaux : les données du voisin valent moins

Par 30 décembre 2015
Réseaux sociaux : les données du voisin valent moins

Selon une étude de l’université de Penn State aux Etats-Unis, les utilisateurs de réseaux sociaux se soucieraient bien moins de livrer des informations privées sur leur liste d’amis que de divulguer les leurs.

Quel internaute n’a jamais utilisé une application externe à Facebook qui demande d’accéder à sa date de naissance, à ses photographies et même aux informations personnelles de ses amis ? Les développeurs qui créent des applications tierces à lancer à partir des plateformes de réseaux sociaux demandent régulièrement l’accès à des données privées pas toujours nécessaires. En revanche, elles peuvent être revendues et cela constitue une source financière non négligeable pour ces développeurs.

Mais qu’en est-il des internautes ? A combien jugent-ils la valeur de leurs informations personnelles, et considèrent-ils la vie privée de leurs amis aussi précieuse que la leur ? Révélée le 14 décembre dernier lors de l’International Conference on Information Systems au Texas, une étude montre que les internautes sont plus soucieux de leurs données privées que de celles de leurs amis. En effet, lorsqu’on leur demandait d’évaluer en dollars la valeur de leurs propres informations quand une application tierce en avait besoin pour pouvoir fonctionner, la moyenne était de $2.31, alors que celles de leurs amis étaient évaluées à $1.56.

Les réseaux sociaux fonctionnent le plus souvent sur le modèle de l’interconnexion des données pour créer de la valeur. La vie que l’utilisateur affiche et qu’il veut voir rester privée est donc intrinsèquement liée à la confidentialité des informations des autres. A noter qu’en avril 2015, la société Facebook, régulièrement attaquée pour sa politique d’utilisation des données d’utilisateurs, a annoncé de sérieuses restrictions quant aux informations demandées par des applications tierces.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas