Réseaux sociaux en entreprise : toujours la méfiance

Par 27 août 2012 3 commentaires
Femme qui a peur

Les directeurs informatiques s'inquiètent des problèmes de bande passante et de sécurité causés par l'usage des réseaux sociaux en entreprise.

Les collaborateurs accèdent aux réseaux sociaux depuis le réseau professionnel. Cela entraine donc au sein des entreprises des problèmes de bande passante et de sécurité. Nous avions déjà évoqué le fait que les DSI européens étaient effrayés par les médias sociaux. En effet, suite à l'inquiétude des responsables informatique, l'accès à de nombreux médias sociaux est bloqué. Une étude menée par Clavister estime que désormais l'explosion des réseaux sociaux est un casse-tête pour les directeurs informatiques. En effet ces sites, à l’instar de Twitter ou de Facebook connaissent une large audience. C’est pourquoi ils sont souvent utilisés comme porte d'entrée pour les cyber-attaques. De plus, d’autres sites tels que YouTube, par exemple, utilisent une grande quantité de bande passante. Si cette utilisation n'est pas contrôlée, cela peut affecter l'accès aux applications critiques de l'entreprise, et impacter sur la productivité du personnel. Il est donc important pour les administrateurs IT et les DSI d'être conscients des menaces et de mettre en place des moyens de lutte pour minimiser les risques.

Mesures à prendre

Les réseaux sociaux sont un outil de travail qui peut s’avérer utile mais les entreprises ont réellement besoin de connaître les menaces engendrées en termes de sécurité, de productivité et de consommation de bande passante. « L'utilisation des réseaux sociaux sur le lieu de travail nécessite une vraie réflexion de la part des directeurs informatiques. Ces nouveaux médias étouffent-t-ils la productivité ? Quelle proportion de bande passante y est consacrée et est-ce que cela nous met dans une situation plus risquée ? » déclare John Vestberg, CTO chez Clavister. C’est pourquoi les entreprises doivent réagir et instaurer de nouvelles mesures si elles veulent faire face à ces dangers. Clavister recommande de contrôler l'accès à Internet pour identifier quels utilisateurs ont accès à quels sites, et à quel moment. Il préconise également de paramétrer pour chaque application le profil des utilisateurs pouvant y accéder, dans quelle mesure et à quel moment.

Encadrer l’usage de ces réseaux

L’utilisation des réseaux doit être encadrée sur le lieu de travail car elle occasionne beaucoup de temps perdu. « Si une entreprise compte 500 employés et que chacun d'eux passe 30 minutes par jour sur les réseaux sociaux, cela équivaut à 3 millions d'euros de perte de productivité chaque année » argumente John Vestberg. Concernant la bande passante, Clavister a mis au point un système permettant d'attribuer une priorité haute aux applications critiques. Ainsi, une allocation est faite aux réseaux sociaux, mais seulement lorsque cela n'affecte pas un trafic plus important. Il faut également dans un environnement réseau faire bon usage des pare-feux sensibles aux applications, de préférence avec détection d'intrusion et analyse anti-virus. Et également s'assurer que le logiciel client est mis à jour régulièrement et mettre en place des formations pour les employés afin de sensibiliser dans une plus large mesure.

Haut de page

3 Commentaires

toujours surpris de cette méfiance, et du chiffrage fait autour de l'utilisation des réseaux sociaux.
Chiffre-ton le cout des pauses café?

Mais ce quei m'interpelle encore plus, c'est que les différentes études montrent que l'utilisateur des réseaux sociaux s'en servent aussi à usage professionnel.
L'employé qui demande un conseil pro sur Facebook ou Linkedin à ses "amis", et qui lit les réponses le soir en suivant son fil, ne demande pas d'heure supplémentaire pour cela.
Lorsqu'il participe à un groupe de discussion et qu'il fait sa réponse devant le film du soir, il s'enrichit professionnellement. Pour autant, cela ne se chiffre pas, et je ne connais pas d'entreprise qui le lui reprochera.

Soumis par Eric ROLLAND (non vérifié) - le 27 août 2012 à 17h21

Que nous soyons dirigeant , économiste ou consultant, la productivité est un sujet sérieux mais qu'en est-il de la pause cigarette notamment dans les entreprises où il est nécessaire de descendre 12 étages n fois par jour ? Souvenons nous qu'à une époque les employés de bureau travaillaient en batterie dans des salles surveillées. Aujourd'hui, dans le tertiaire et sans pour autant proner un univers pro/perso sans limite, le temps de présence a-t-il encore du sens ?

Soumis par Herve BEBIN (non vérifié) - le 03 septembre 2012 à 07h41

"Quelle proportion de bande passante est consacrée aux réseaux sociaux ?" ... Est une question assez révélatrice du problème.

La bande passante fut le premier frein à l'utilisation des NTIC, je parle donc de la période où l'ADSL était réservée à certaines entreprises. Maintenant le haut débit est presque partout, nos téléphones téléchargent des vidéos plus rapidement que nos pc de l'époque !

Bref, les problèmes de bandes passantes n'existent quasiment plus depuis longtemps. Pourtant cela reste l'argument n°1 pour freiner l'innovation. Donc je ne suis pas surpris de voir que certains craignent de voir leur connexion internet mise à mal par un tweet de 140 caractères. LOL

Soumis par ocarbone - le 25 septembre 2012 à 10h55

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas