Les réseaux sociaux favorisent le consensus

Par 04 mars 2009 1 commentaire
Mots-clés : Future of Retail, Europe

Les sites communautaires accélèrent et favorisent l'accord entre ses membres. La compréhension de cette dynamique aidera les marketeurs et les fournisseurs à mieux communiquer sur leurs offres.

Sur Facebook, ou tout autre site de réseautage, le consensus autour d'un produit est influencé par la structure du réseau. C'est-à-dire la capacité des gens à interagir plus ou moins directement entre eux sur ces sites (accès direct ou non aux réseaux de ses contacts, séparations linguistiques, etc.). Mais ce qui fait la différence et accélère l'accord entre les membres, c'est la présence parmi eux de personnalités très fortement individualistes. Ce sont quelques-unes des conclusions tirées par Michael Kearns, professeur en Sciences de l'Information et de l'Informatique à Penn. Celui-ci voulait répondre à la question : comment les individus et les groupes se comportent en réseaux ? Pour effectuer son étude, il a mis en situation des individus confrontés à un choix : rouge ou bleu.
Des usages dans l'univers professionnel
Le but était d'arriver à un consensus en mois d'une minute. Pour intensifier les enjeux de prise de décision, le chercheur a eu recours à des incitations financières : si le consensus n'était pas trouvé dans le temps imparti, l'argent était perdu. Les résultats sont confirmés par une autre étude, menée par des chercheurs russes du Trapeznikov Institute of Control Sciences de Moscou. Dans un papier sur le vote dans un univers aléatoire, ces derniers montrent qu'entre collectivisme et égoïsme, une troisième voie se forme : le "groupe égoïste". C'est-à-dire, abandonner un peu de son intérêt personnel en faveur du groupe. La volonté de chacun d'imposer son idée va faire ressortir la solution qui sera socialement et économiquement la plus efficace.
Une tendance confirmée
Pour les marketeurs, la compréhension de cette mécanique est gage d'une meilleure efficacité dans la communication. Christophe Asselin, expert en veille Internet chez Digimind, explique que "le consensus favorise les effets de levier sur les produits. Mais qu'il peut être également aller dans le sens inverse de celui recherché. Un groupe peut entraîner une critique très néfaste pour le produit". Avec les réseaux sociaux, les blogs, les twitts, le contrôle de la diffusion du message devient complexe. Pour éviter cela Christophe Asselin précise "que le marketeur ne doit pas oublier une des règles de base du marketing : délivrer un message simple avec des concepts simples".

Haut de page

1 Commentaire

Merci pour cet article... Peut-être que l'utilisation indifférentiée des termes "réseaux sociaux" et "communauté" n'aide pas à la compréhension de ces mécanismes subtils.

Soumis par SylvieLeBars (non vérifié) - le 12 mars 2009 à 13h06

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas