Des réseaux sociaux mobiles stimulés par la géolocalisation

Par 04 août 2008
Mots-clés : Smart city

Les services de localisation multiplient les applications pour plates-formes sociales mobiles. Contrairement aux attentes, les modèles de revenus ne seront pas dus principalement aux services de publicité géolocalisée.

Pouvoir envoyer des messages et photos en tout lieu n'est pas le seul ingrédient du succès des réseaux sociaux sur mobiles. Les services de géolocalisation, qui se multiplient sur les téléphones portables, sont un autre atout majeur : ils permettent en effet aux utilisateurs de partager leur expérience sur des lieux, mais aussi de savoir en permanence où sont leurs amis ou d'autres personnes susceptibles d'avoir les mêmes goûts qu'eux. Les réseaux qui utilisent cette technique devraient d'ailleurs générer plus de 3,3 milliards de dollars en 2013, annonce ABI Research dans une étude. Mais contrairement aux prédictions, ces revenus ne seront pas générés principalement par la publicité.
Partage de revenus et accords de licenses
"Les business models qui marchent ne seront pas forcément ceux attendus par les experts", souligne Dominique Bonte, analyste pour ABI. "Alors que les services de publicités géolocalisées s'annonçaient très prometteurs, la réalité montre plutôt une marche vers des accords de license et le partage de revenus comme moyen pour les start-up de social networking d'élargir leur base d'abonnés et de devenir rentables", ajoute-t-il. Il faut en effet citer les accords signés entre GyPSii et Garmin et Samsung, et qui permettront aux spécialistes de navigation satellite de profiter de la technologie, des produits et des licences du fournisseur spécialisé dans le réseautage social de géolocalisation pour les mobiles.
Le problème de la protection de la vie privée
Autre partenariat à noter : celui conclu entre le spécialiste de la localisation de ses proches, Loopt, et tous les principaux acteurs mobiles US, comme Verizon. Le cabinet rappelle cependant qu'il reste plusieurs facteurs qui ralentissent le développement du marché. Premier problème en vue : celui de la protection de la vie privée. Les informations qui concernent l'utilisateur sont en effet de plus en plus nombreuses. Et il est désormais possible de tracer quelqu'un avec précision. Autres freins : le coût des données, qui est encore élevé, et la lutte que mènent les petits acteurs pour créer une véritable image de marque sur un marché encore très fragmenté.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas