Réseaux sociaux et mobilité facilitent la réalisation des enjeux RH

Par 15 mars 2012
Mots-clés : Digital Working, Europe
HR

Les outils technologiques facilitent l'accès et le partage d'informations entre individus, et la communication sans frontières hiérarchiques. D'où la nécessité pour les ressources humaines de s'emparer de ces solutions pour leurs missions.

 

Les ressources humaines doivent non seulement prendre en compte l'usage que font les salariés des réseaux sociaux et leur rapport à la mobilité, mais aussi les intégrer à leur stratégie pour atteindre leurs objectifs et ne pas se laisser dépasser par les collaborateurs. Voilà ce qu'estime une étude menée par Markess, co-sponsorisée par BlueKiwi. D'autant que les grands enjeux des métiers RH tels qu'ils les perçoivent peuvent être directement impactés par les outils technologiques. En effet, 57% des managers interrogés considèrent comme l'une de leurs priorités le fait de faciliter la gestion des talents au sein de l'entreprise. 29% parlent du fait de mieux accompagner les collaborateurs dans l'évolution de leur métier ou de l'organisation et 12% évoquent la gestion des relations au sein de l'organisation. Dans le détail, l'utilisation de réseaux sociaux d'entreprise (RSE) favoriserait le partage de connaissance pour 60% des responsables ou, pour 56 % d'entre eux, le partage d'information entre RH et collaborateurs. "Le sens des ressources humaines a changé et leur stratégie doit évoluer pour utiliser correctement les leviers mis à leur disposition", confirme à L'Atelier Jean-Noël Chaintreuil, consultant RH.

Des collaborateurs convaincus

Et pour cause, si de tels outils permettent à tous de prendre à la parole et de travailler de manière différente, ils sont plébiscités par les collaborateurs : 67% utilisent des smartphones ou tablettes pour accéder à l'information à distance et 45% utilisent des réseaux sociaux externes dans le cadre professionnel. De même, pour 59% des salariés, les RSE permettent de renforcer le sentiment d'appartenance à l'entreprise. On dénombre même 71% des cadres qui utilisent au travail des solutions non mises à disposition par leur entreprise. Une liberté prise par des salariés de plus en plus autonomes et à l'écart des processus organisationnels traditionnels. C'est pourquoi les RH doivent aujourd'hui "accompagner les collaborateurs par la formation, les guider vers ces nouvelles pratiques, être un moteur vers ce changement sans pour autant être agressif", précise le consultant.

Les RH avancent à tâtons

Ce qui se développerait, si l'on en croit la tendance à la dématérialisation des processus et documents menée par 63% des responsables des ressources humaines. Or les RH ne sont pas encore prêts à tout. En effet, la mise à disposition d'appareils mobiles intelligents n'est menée que par 14% des décideurs RH. Ils sont autant à la considérer comme une priorité pour 2014. De même, si la mise en place ou l'utilisation des réseaux sociaux est considérée comme déjà menée par 34% des responsables RH, ils ne sont que 26% à la considérer comme une priorité. Et ce constat s'intensifie si l'on se concentre sur les RSE déployés pour 14% d'entre eux et en projet à plus ou moins long terme pour une minorité de 26%. Pour Jean-Noël Chaintreuil Chaintreuil, "si les RH sont censées être un élément centralisateur et ouvert de l'entreprise", il existe toujours "une dichotomie entre une vision plus jeune des RH basée sur le networking et une vision plus établie basée sur la position".  

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas