"Les réseaux sociaux sont le premier outil pour découvrir du contenu"

Par 04 août 2010
Mots-clés : Future of Retail

FlipBoard propose aux internautes un magazine personnalisé sur iPad conçu à partir des différents flux issus des réseaux sociaux dont il est membre. Un moyen d'agréger de multiples sources d'informations dispersées.

Entretien avec Arthur Van Hoff, directeur technique de Flipboard.
L'Atelier : Pourquoi proposer un magazine qui se base sur l'information produite par les internautes ?
Arthur Van Hoff : Avec un milliard de messages postés chaque jour sur le web, les réseaux sociaux sont devenus le premier outil pour découvrir et partager du contenu. Reste que ce flux de messages est dispersé et demande à être organisé pour l'utilisateur.
Est-ce l'internaute qui personnalise lui-même son magazine ou proposez-vous d'automatiser cela ?
Dans sa version actuelle, Flipboard examine l'historique et le type de contenu que l'internaute a l'habitude d'utiliser, et l'agrège vers les sections qu'il s'est créées. Soit des rubriques qu'il importe. Ces thèmes peuvent par exemple être les réseaux sociaux, l'actualité, la musique, le sport. Dans la future version de notre système, qui devrait sortir à la fin de l'automne, nous souhaitons intégrer le logiciel de recherche en temps réel développé par Ellerdale. Cela permettra de déterminer pour les informations et liens réseaux - amis - lesquels sont les plus attachés à l'utilisateur. Par exemple, si j'aime la politique et suis habitué à me rendre sur des sites ou blogs d'informations sur ce thème, le logiciel affinera mon Flipboard de sorte que ce domaine prenne une place majeure.
Peut-on envisager Flipboard comme un nouveau média ?
Oui, il correspond à une nouvelle manière de lire et de s'informer. Aujourd'hui, sur le web, il faut se rendre sur différents sites pour pouvoir suivre les flux d'informations qui nous intéressent. Et si l'on souhaite partager une donnée avec un proche, il faut être capable de créer un lien url. Ici nous proposons de concentrer l'information utile pour l'utilisateur. Cependant dans son design, Mike McCue et Evan Doll qui sont les initiateurs de cet outil, se sont largement inspirés de l'industrie d'impression. Ils ont pris conscience que si l'on pouvait rassembler de manière quotidienne une quantité d'informations sur un simple document papier, cela pourrait être également possible pour les médias sociaux. Aussi, ils ont réalisé que l'on pouvait rendre plus esthétiques les médias sociaux. Et ce, en utilisant les techniques typographiques, de mise en page - photo - des magazines traditionnels.
Quelle stratégie économique envisagez vous?
Nous espérons que Flipboard devienne une nouvelle porte d'entrée pour les marques dans le royaume des réseaux sociaux. A ce titre, nous pensons que tous les contenus - publicité comprise - peuvent avoir un caractère 'social'. Aujourd'hui, les gens veulent tout partager sur la Toile, photos, commentaires, opinions. Dans ce sens, FlipBoard a la capacité de rendre la communication marketing plus immersive. Car le problème aujourd'hui avec la publicité numérique est qu'elle se concentre sur les clics et intérêts des internautes, sans penser réellement à l'expérience du consommateur. Nous espérons également que ce magazine électronique soit un nouveau terrain d'actions pour les créateurs et développeurs d'applications.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas