Réseaux sociaux : le profil, un facteur de plus en plus pris en compte dans l'embauche

Par 27 juin 2013 1 commentaire
Réseaux sociaux

Si les recruteurs ont bien conscience de la nécessité pour les candidats de posséder différents profils sur les réseaux sociaux, cela ne les empêche pas de rejeter une candidature en fonction de ce qu'ils y trouvent.

De plus en plus de recruteurs (43%) décident de ne pas embaucher une personne après avoir visité son profil social, soit une hausse de neuf points par rapport à l'année dernière, comme le montre l'étude menée aux États-Unis par Harris Interactive pour le compte de CareerBuilder. Cette étude réalisée auprès de 2 184 gestionnaires d'embauche et professionnels des ressources humaines en mars 2013, révèle en effet les caractéristiques prises particulièrement en compte par ceux-ci, qu'ils soient négatifs ou positifs.

Du bon et du mauvais

Ainsi, pour 50% des recruteurs, les contenus inappropriés ou provoquants sont un motif suffisant pour refuser l'embauche. Pour 48%, ce sont des informations prouvant que le candidat boit ou prend de la drogue. Plus loin, on découvre que 28% des recruteurs sont réticents à l'idée d'embaucher une personne ayant posté des commentaires discriminants à propos de la race, du genre ou de la religion d'une tierce personne. Enfin, pour 24%, ce sont les mensonges à propos des qualifications qui pèchent. A l'inverse, certains contenus postés sur les réseaux sociaux peuvent jouer en la faveur des candidats et les rendent plus intéressants. Parmi ces contenus, on trouve les postulants qui véhiculent une image professionnelle (57% des recruteurs se disent séduits par cela). 50% avouent être sensibles aux profils qui présentent un grand nombre de centres d'intérêt. Enfin, 38% estiment que les commentaires positifs laissés par d'autres influencent leur choix.

Utiliser intelligemment les réseaux sociaux

« Les employeurs utilisent tous les outils qu'ils ont à leur disposition pour s'assurer qu'ils prennent la meilleure décision d'embauche, et l'exploitation des médias sociaux continue de croître », déclare Rosemary Haefner, vice-présidente des ressources humaines chez CareerBuilder, qui ajoute, « Pour les demandeurs d'emploi, il est essentiel d'être conscient des informations qu'ils génèrent et qu'ils mettent à la disposition des employeurs. » Comme les réseaux sociaux sont l'occasion de se montrer sous le meilleur jour possible. R. Haefner préconise donc aux candidats de « poster les diplômes et les choses intéressantes qu'ils font. »

Haut de page

1 Commentaire

Sorry, my written French is poor. As your privacy policy from Mollom is written in English, I think you may understand.
Very interesting article. This is a typical way to recruit the wrong person. By "social networks", I assume you mean Facebook. Most people who have a Facebook account use it without any concern on their career. It is a place where they are free to express whatever comes to their mind, which can sometimes appear to be shocking for sensitive people. For instance, someone who posts on her/his profile page an image of people smoking grass and drinking does not mean that she/he is addicted to drug and alcohol and her/his application should be rejected. Someone who has a "clean and corporate" profile page may be very suspicious. There is an English saying: « Don't judge a book by the cover », which many recruiters should know and put into practice unless they like to get the worst employees ever.

Soumis par Siegfried (non vérifié) - le 29 juin 2013 à 21h10

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas