Réseaux sociaux : le travail en équipe n'échappe pas à des cadres formels

Par 25 mars 2009
Mots-clés : Smart city

Les groupes de travail qui communiquent le plus, dans le monde réel ou virtuel, ne sont pas forcément les plus performants : un grand nombre partage des informations déjà connues. D'où la nécessité de formaliser ces échanges.

Les entreprises ne doivent pas seulement favoriser la communication entre les collaborateurs, elles doivent s'assurer de l'efficacité et de la pertinence de l'information qui circule. Ce, au sein de réseaux physiques ou virtuels. Selon une équipe de chercheurs américains*, qui fait paraître une étude dans le Journal of Applied Psychology, les collaborateurs sont nombreux à travailler en équipes et à partager de l'information. Seul problème : les salariés ont tendance à discuter de problématiques dont tout le groupe a déjà connaissance. Or c'est le partage et la réflexion autour de données nouvelles qui optimise les performances. Autant de conclusions à prendre en compte dans le cadre de l'adoption de solutions de communication 2.0 dans l'entreprise comme le réseau social. "Mondialisation et multiplication des solutions virtuelles modifient les modes de communication professionnels", explique Jessica Mesmer-Magnus, auteur de l'article.
Efficacité rime avec formalisation des échanges
Pour améliorer la productivité des groupes de travail - qu'ils échangent de manière traditionnelle ou sur réseaux - les chercheurs proposent aux managers plusieurs recommandations : la structuration des discussions, la promotion d'un environnement de coopération, la valorisation des compétences individuelles et la focalisation sur une information à la fois. "La mise en place de méthodes rigoureuses permet d'envisager des gains de productivité importants. Nous avons besoin de formaliser nos échanges", constate Pierre Chapignac, analyste chez Rivière Consulting. Reste que selon lui, les solutions virtuelles ne modifient pas nos habitudes de communication en entreprise. "Toute réunion, quelle que soit sa forme, demande de la structuration".
Le numérique n'apporte pas de changement qualitatif
"Le format numérique nous met face à cet enjeu, mais je ne crois pas qu'il opère de changement qualitatif", exprime-t-il. Et d'ajouter : "Il rend seulement visibles les défauts de communication que l'on perçoit moins lors d'échanges verbaux dans le monde 'réel'. Il facilite la mise en place de méthodes formelles". Les échanges par vidéoconférence ou le partage d'informations via réseaux sociaux et wiki ne permettent en effet d'accéder qu'au contenu formel des propos et privent les interlocuteurs des signaux non verbaux qui se transmettent lors des échanges traditionnels. Pour parvenir à leurs conclusions, les chercheurs américains se sont intéressés à dix-sept mille collaborateurs amenés à travailler en équipe régulièrement. L'étude leur a aussi permis de remarquer qu'un groupe est plus efficace quand il est composé de personnes partageant une expérience professionnelle similaire.

*de l'université de North Carolina Wilmington et de celle de Central Florida.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas