Résultats : Lastminute subit le coût de ses récentes acquisitions

Par 26 novembre 2004
Mots-clés : Smart city

Le voyagiste en ligne Lastminute doit aujourd'hui payer la rançon de son développement. Ces quatre dernières années, le groupe a enchaîné les acquisitions : 14 depuis 2000. Le rachat de...

Le voyagiste en ligne Lastminute doit aujourd'hui payer la rançon de son développement. Ces quatre dernières années, le groupe a enchaîné les acquisitions : 14 depuis 2000 . Le rachat de Dégriftour n'aura été que la première étape d'une longue série. Rien que sur son exercice 2003-2004, achevé fin septembre, Lastminute est parvenu à mettre la main sur Online Travel en mars, sur le spécialiste de la réservation de chambres d'hôtel First Option , sur Lastminute.de en juillet, sur Med Hotels ou encore sur G emstone Travel .

Cette politique de croissance externe permet aujourd'hui au groupe britannique de publier un chiffre d'affaires en hausse de 79,6 % . Le volume des transactions générées sur le site Internet lastminute.com est de 992,3 millions de livres sterling (1,42 milliard d'euros), contre un chiffre d'affaires de 552,45 millions de livres sur l'exercice précédent (789 millions d'euros).

Du côté du résultat net, en revanche, le voyagiste a plus que déçu le marché. Au total, ses nombreuses acquisitions le plombent d'une charge exceptionnelle de 81,8 millions de livres. Le groupe s'en sort donc avec une perte sur l'exercice 2003/2004 de 77,2 millions de livres , contre 47,7 millions sur la période 2002/2003. En bourse, le résultat ne s'est pas fait attendre : l'action a chuté de 13,78 % .

Le directeur financier du groupe David Howell a profité de l'annonce de ces résultats pour faire savoir qu'il quitterait prochainement le groupe, vraisemblablement au début de l'année 2005. Lors d'une conférence de presse, il a ainsi expliqué que désormais Lastminute aurait besoin de quelqu'un capable de réduire drastiquement les coûts.

(Atelier groupe BNP Paribas - 26/11/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas