Les revues en accès ouvert ont le même impact que les payantes

Par 24 juillet 2012
revue scientifique

L'impact scientifique des journaux scientifiques libres d'accès s'approche de plus en plus des traditionnelles revues à abonnement. Notamment en fonction du pays et du domaine d'étude.

Les articles publiés dans les revues scientifiques ouvertes, c'est-à-dire les revues gratuites sur internet, sont-ils de moins bonne qualité que ceux que l'on peut lire dans les revues payantes ? A priori non, si l'on en croit une étude menée par des chercheurs de l'Hanken School of Economics (Finlande). En effet, ces derniers ont comparé l'impact scientifique entre ces deux types de publications sur deux années, à savoir le nombre moyen de citations d'un article dans un journal, afin de matérialiser l'impact scientifique d'une publication. Et l'on remarque si, d'une manière générale, l'impact scientifique est de 30% supérieur avec les revues à abonnement par rapport aux revues ouvertes, l'écart se réduit considérablement en prenant en compte certaines données. C'est le cas par exemple lors de la comparaison des impacts scientifiques via ces deux types de journaux, pondérée par le nombre d'article par publication, et en fonction de l'année de lancement de celle-ci.

 

L'accès ouvert des publications

On remarque ainsi que si le nombre moyen de citations était de 302 pour les journaux en accès ouvert lancés avant 1996 contre 1124 pour les revus à abonnement, l'écart se comble considérablement pour ceux lancés entre 2002 et 2011. En effet, dans ce cas les revus en accès ouvert comptabilisent un nombre moyen de citations de 49, contre 105 pour les revues payantes. Un constat qui se valide également lorsque l'on se concentre sur les quatre pays qui publient le plus (Etats-Unis, Royaume Uni, Pays-Bas, Allemagne). Et pour cause, si l'écart était de 51 contre 5274 respectivement pour les publications lancées avant 1996 en accès gratuit sur internet et par abonnements, il se resserre pour celles lancées entre 1996 et 2001 (respectivement 63 et 505). De la même façon, cet écart se resserre considérablement pour les publications lancées entre 2001 et 2011 (respectivement 95 contre 405).
 

Les journaux à frais par article

Et cela se valide d'autant plus si l'on se concentre sur les disciplines qui publient le plus, comme la Santé et la Médecine. Sur l'ensemble des disciplines sans cette dernière, la différence du nombre de citations moyen est en effet de 234 pour les publications parues entre 2002 et 2011 alors qu'il est de 132 pour la discipline Santé et Médecine sur la même période. Enfin on note une différence lorsque l'on compare le modèle des journaux en accès ouvert sur internet qui sont intégralement gratuits et ceux qui recourent à des frais par article. Si les articles publiés dans les seconds avaient un nombre de moyen de citation de 89 contre 264 pour les premiers pour les publications lancées avant 1996, l'écart se réduit de 41 à 103 pour celles lancées entre 2002 et 2011.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas