RFID : le métal se s'oppose plus à la traçabilité

Par 04 février 2009
Mots-clés : Smart city

Fer, acier et cuivre ne sont plus des obstacles à l'utilisation des puces d'identification par radio fréquence. L'intégration des étiquettes intelligentes à des objets métalliques diminuera le risque d'erreurs humaines.

Les chercheurs de l’Institut Fraunhofer pour les circuits et systèmes microélectroniques IMS à Duisburg ont développé une solution qui permet de contourner le métal, une des dernières limites de cette technologie. Grâce à cette méthode, il devient possible de travailler avec une grande précision dans tous les domaines de la robotique et de l’usinage. L’enjeu est de détecter immédiatement la moindre anomalie dans le processus de production. La transmission sans fil de l’information rend cette méthode facilement adaptable aux industries modernes.
Une méthode sans fil
Le Docteur Gerd vom Bögel explique avoir "divisé la voie de transmission". En reliant la puce RFID située à l'intérieur de l'adaptateur. Les données sont d'abord transmises par l'intermédiaire d'un câble à l'interface entre la carte et la broche. Puis, envoyé sans fil à la broche par deux bobines de l'antenne, dont l'une est dans le module d'insertion, l'autre fixée à la broche. "L'interface entre la broche en rotation et la partie fixe de l'appareil de mesure est également comblée sans fil" ajoute-t-il. Ainsi les données contenues sur la puce peuvent être lues pendant l’utilisation de l’appareil par un récepteur situé à proximité.
Une nouvelle frontière dépassée
Les applications offertes par cette technique en robotique et dans les usines de hautes technologies sont importantes. D’après ses créateurs elle permet un gain de temps en limitant l’intervention humaine. De plus elle offre l’opportunité de transmettre l’information à travers les différents segments des machines comme des bras articulés. Pourtant, comme le confie Philippe Gautier, DSI chez Benedicta à L’Atelier, le problème de l’expansion de ces puces est moins matériel que logiciel. "Le véritable problème est que le traitement des données en milieu complexe n’étant pas encore maîtrisé".

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas