La RFID remet le conducteur sur le droit chemin

Par 07 juin 2010 3 commentaires
Mots-clés : Smart city

WayPilot embarque des antennes dans les portes des voitures, qui captent les signaux de transpondeurs installés sur la chaussée. Si un véhicule est trop près de celle-ci, une alerte est envoyée à l'automobiliste.

Pour alerter un conducteur de ses écarts de trajectoire sur l'autoroute, WayPilot a mis au point un système d'assistance à la conduite éponyme basé sur la radio fréquence. L'intérêt ? Réduire le nombre d'accidents provoqués par une baisse de l'attention. L'idée est d'implanter des antennes RFID à l'intérieur des portes d'une voiture, capables de capter les signaux envoyés par des transpondeurs installés dans des bornes enterrées sous l'asphalte. Le capteur embarqué sur la chaussée transmettant un signal à celui de la portière lorsque la distance entre les deux antennes avoisine les 50 centimètres. Et que le danger est du coup proche. Le signal est intercepté par un serveur embarqué dans le véhicule, qui analyse les données. Et qui envoie une alerte au conducteur pour qu'il reprenne le contrôle de son véhicule.
Trois solutions d'alerte envisagées
Celle-ci peut prendre la forme d'un stimulus sonore ou tactile. Pour le décider, le système a été testé via le simulateur de conduite du Sintef. Résultat : trois solutions d'alerte sont en lice. Celle d'envoi d'un message sur le téléphone de l'individu, mais aussi la possibilité de faire vibrer les roues motrices ou le siège du conducteur. D'après les résultats de l'expérience, il apparaît que celle du siège est la plus concluante. "A l'origine, nous étions simplement intéressés par le téléphone, mais ce système suppose que le conducteur l'aie toujours sur lui",indique à L'Atelier Terje Moen, directeur de recherche pour le Sintef. Seulement, au regard des résultats de leur enquête concernant le coût de chaque système, le stimulus via mobile demeure la technique la moins onéreuse, et donc la plus intéressante pour des équipementiers automobiles.
Une alternative à la surveillance par caméra vidéo
"Un grand nombre de systèmes d'assistance de conduite ont démontré leur efficacité", affirme le scientifique. Et d'ajouter "Mais le coût trop élevé n'a pas poussé les constructeurs automobiles à investir". A noter : d'autres solutions existent déjà également, comme l'intégration de caméras sur les parois latérales des véhicules des caméras vidéo. Celles-ci avertissant l'automobiliste lorsqu'il roule sur un marquage au sol. "L'inconvénient d'un tel système est qu'il n'est pas opérationnel en permanence", explique Terje Moen. "Durant l'hiver par exemple, la neige peut recouvrir la signalisation".

Haut de page

3 Commentaires

Encore une fois, il serait judicieux de citer vos sources pour avoir plus d'informations !

Soumis par Guillaume (non vérifié) - le 07 juin 2010 à 14h46

@Guillaume,Cette source et cette techno devrait retenir votre attention :''OKI Succeeds in Trial Production of World's First "Safety Mobile Phone" to Improve Pedestrian Safety''

Soumis par Alex (non vérifié) - le 09 juin 2010 à 11h17

Une très bonne initiative, même si aujourd'hui la mode est au low cost et donc la réduction de "gadgets". Sans une obligation forcée par l'Etat, ce genre de système aura du mal à se généraliser à mon avis.

Soumis par Nicolas, Allogarage (non vérifié) - le 14 juin 2010 à 14h22

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas