La RFID sécurise les emplois à risque

Par 09 juillet 2008
Mots-clés : Smart city, Europe

La technologie permettait déjà de localiser les containeurs et autres biens. Ce sont maintenant les plates-formes pétrolières qui les adoptent, mais pour leurs salariés. Ce, afin qu'ils soient plus réactifs en cas d'accident.

Localiser en permanence le personnel en mission sur les plates-formes pétrolières permettrait d'assurer une meilleure sécurité en cas d'urgence ou d'accident. C'est en tout cas ce que pense le raffineur ConocoPhillips, qui se dote d'un réseau de capteurs RFID destinés à connaître la position de ses salariés en temps réel sur les plates-formes sur lesquelles ils officient. Intérêt : identifier rapidement un problème, et permettre de savoir si certaines personnes sont bloquées au moment d'évacuer. Le réseau est actuellement testé sur le complexe Ekofisk, gisement pétrolier norvégien. Chaque employé embarque sur lui un tag de radio-transmission. Sa position s'affiche alors sur une carte, visible depuis la salle de commandes de la plate-forme mais également de manière décentralisée, au siège de ConocoPhillips.
Localiser améliore la productivité
Plusieurs lecteurs ont également été répartis à des endroits stratégiques du site : quand un employé passe à proximité, sa position est enregistrée. Le processus permet aux responsables d'équipes de vérifier plusieurs fois par jours si l'ensemble du personnel est présent et opérationnel. Et la sécurité des employés n'est pas le seul avantage apporté par le dispositif : selon les responsables du projet, il aurait permis une meilleure productivité. Localiser les salariés donne en effet la possibilité de ne pas perdre de temps à contacter les personnes nécessaires à réaliser une tâche en particulier.
Des solutions dédiées aux environnements isolés
Le dispositif est délivré par Identec Solutions Watchersystem, fournisseur de solutions de tracking sans-fil. Selon les responsables de la société, celle-ci propose des systèmes RFID dédiés aux environnements isolés et difficiles d'accès. Avant de rendre opérationnel le projet, ses initiateurs ont dû vérifier que celui-ci ne violait pas la vie privée des salariés et qu'il était en accord avec le Privacy Act. Deux critères nécessaires au lancement d'une solution de tracking des personnes. Pour rappel, d'autres initiatives existent déjà, destinées à localiser non pas des biens mais des personnes : l'aéroport de Copenhague, par exemple, repère les passagers en retard grâce à des systèmes RFID et Bluetooth embarqués dans leur mobile.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas