RFID : une technologie innovante qui pourrait être tuée dans l’œuf ?

Par 26 août 2003

A mesure que les tests sont lancés, les prévisions sur le développement du RFID (Radio Frequency IDentification) se multiplient. Début juin, le cabinet d’étude Celent annon...

A mesure que les tests sont lancés, les prévisions sur le développement du RFID (Radio Frequency IDentification) se multiplient.

Début juin, le cabinet d’étude Celent annonçait que les « radio tags », systèmes de micro-puce réagissant à un signal radio spécifique, pourraient capter dès 2007 au moins 8 % de l’ensemble des micro-paiements effectués aux Etats-Unis (voir La Lettre de l’Atelier du 05/06/2003). Celent insistait toutefois sur le très faible niveau de connaissance de cette technologie par les consommateurs…

Selon le cabinet Gartner2, cette ignorance pourrait très vite se transformer en blocage, d’autant que les prises de positions des associations de consommateurs sont sans appel concernant les dangers de cette technologie : traçage du comportement des clients, non respect de leurs libertés individuelles…

A l’instar de ceux du groupe de pression Caspian, très actif aux Etats-Unis, les discours « anti-RFID » sont aussi retentissants qu’efficaces. Dans un tel contexte, le Gartner2 estime que les commerçants intéressés par le potentiel du RFID (optimisation de la gestion des stocks, baisse induite des coûts de distribution) doivent d’emblée concevoir un argumentaire auprès de leurs clients pour leur prouver les avantages de cette technologie, et les rassurer sur leur liberté de consommateurs !

Le GartnerG2 recommande ainsi aux grands distributeurs de mettre en avant les bénéfices potentiels du RFID pour la chaîne alimentaire (rapide détection des produits adéquats pour un régime spécifique, une alimentation particulière liée à une religion ou une morale ; identification facile d’une production d’un produit avarié…).

De plus, le RFID doit être utilisé en notifiant clairement aux clients leur présence sur chaque produit ; en laissant aux consommateurs la possibilité de faire désactiver le système au moment du règlement des produits ; enfin, en renforçant le message selon lequel aucun lien n’existe entre la collecte d’information individuelle et l’utilisation d’un produit « radio tagué ». La route est donc encore longue…

(Atelier groupe BNP Paribas – 26/08/2003)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas