La RIAA souffle le chaud et le froid !

Par 09 septembre 2003

Un pas en avant, un pas en arrière, un pas sur le côté… La politique de la Recording Industry Association of America (RIAA), qui défend les intérêts de l’industrie phonographique, ressemble un ...

Un pas en avant, un pas en arrière, un pas sur le côté… La politique de la Recording Industry Association of America (RIAA), qui défend les intérêts de l’industrie phonographique, ressemble un peu à cette petite litanie. Le jour même où plusieurs médias annoncent que l’association va absoudre les internautes qui ont téléchargé des fichiers illégalement et qui acceptent d’y renoncer, la RIAA jette une nouvelle bombe médiatique en déposant 261 plaintes contre des « petits pirates » aux Etats-Unis !

La presse américaine révélait en effet lundi dernier la volonté de l’association de ne pas poursuivre en justice les internautes qui élimineront définitivement les fichiers illégaux de leur ordinateur et qui s’engage par écrit à ne plus échanger de fichiers protégés par le droit. Rappelons que la RIAA avait auparavant affirmé qu’elle n’inquiéterait pas les internautes, mais seulement les fournisseurs d’accès à Internet ou les personnes faisant commerce de fichiers.

Coup de théâtre : la RIAA dépose la même journée 261 plaintes, proposant l’amnistie comme alternative à la poursuite judiciaire. Les internautes concernés par les plaintes seraient « les contrevenants majeurs », ceux qui ont laissé accessibles sur leur disque dur plus de 1 000 fichiers musicaux. Plusieurs milliers d’autres plaintes pourraient être déposés, les contrevenants encourant des amendes pouvant aller jusqu’à 150 000 dollars par morceau.

Bien qu’ils ne s’agissent pas de poursuites criminelles, mais de plaintes au civil destinées à obtenir des dédommagements financiers, la RIAA a tout de même décidé de frapper un grand coup, sous la pression des cinq grandes majors mondiales qui ont vu les ventes d’albums dégringoler de 9 % en France et aux Etats-Unis au premier semestre 2003. On estime à 60 millions le nombre d’américains ayant déjà téléchargé illégalement un fichier musical. L’addition risque donc d’être particulièrement salée pour la RIAA, si elle décide de les attaquer tous…

(Atelier groupe BNP Paribas – 09/09/2003)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas