Roaming : de nouveaux accords entre opérateurs

Par 20 avril 2004

Le Wi-Fi et les hotspots, c’est très bien. Seulement, pour que l’usage des connexions sans fil dans les lieux publics s’impose, il est indispensable que se concluent entre les opérateurs et les...

Le Wi-Fi et les hotspots, c’est très bien. Seulement, pour que l’usage des connexions sans fil dans les lieux publics s’impose, il est indispensable que se concluent entre les opérateurs et les fournisseurs d’accès des accords d’interopérabilité. Pour l’instant, un abonné ne peut généralement se connecter dans un hotspot que si celui-ci est géré par son propre fournisseur de services.

Conscients de cette barrière au développement des hotspots, les acteurs de l’Internet consentent de plus en plus à la conclusion d’accords de roaming. Cette semaine, c’est ADP Télécom, l’opérateur du groupe Aéroports de Paris, qui a signé un partenariat avec le fournisseur d’accès Internet Tiscali.

Les clients de ce dernier seront désormais en mesure de se connecter à l’Internet haut débit dans tous les hotspots gérés par ADP Télécom, moyennant l’achat de la carte prépayée Tiscali-WiFi universelle : aéroports de Paris (Roissy et Orly), de Toulouse et de Clermont-Ferrand, hôtels Holiday Inn, Palais des congrès de Paris, hôtel Concorde La Fayette…

De l’autre côté de l’Atlantique, la même tendance au rapprochement des opérateurs est observable. Lundi, les opérateurs américains Sprint et AT&T Wireless ont fait savoir que désormais leurs abonnés respectifs pourraient se connecter dans certains hotspots indifféremment gérés à l’origine par l’un ou par l’autre. Cinq grands aéroports américains sont concernés. Les abonnés de Sprint pourront avoir accès aux espaces Wi-Fi des aéroports de Denver, Philadelphie, et Raleigh-Durham, et ceux d’AT&T aux connexions haut débit des aéroports de Kansas City et de Salt Lake City.

(Atelier groupe BNP Paribas – 20/04/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas