Le robot informe en 3D de la stabilité d'une construction

Par 10 mai 2010

Pour déterminer le risque d'effondrement après une catastrophe, l'université du Missouri propose un scanner en trois dimensions de l'environnement. Embarqué sur un robot téléguidé, il génère une carte consultable à distance.

Lors de situation d'urgence comme celle d'un tremblement de terre ou d'une explosion, la sécurité des lieux est incertaine pour les équipes de secours. Pour localiser à distance les personnes à secourir et juger du risque d'effondrement des constructions, des chercheurs de l'université du Missouri ont mis au point un système de rendu en 3D. Celui-ci sera intégré à des robots envoyés sur le terrain et chargés de réaliser un plan en trois dimensions de leur environnement. C'est grâce au Lidar - dispositif de télédétection et de mesure optique - embarqué sur le robot, que le système peut délivrer cet état des lieux.
Le laser balaye 500 000 points par seconde
Quand le robot se trouve à l'intérieur d'un bâtiment, le Lidar balaye son champ de vision au moyen d'un faisceau laser et mesure pour chaque point rencontré - 500 000 points par seconde -  la distance entre le système de télédétection et le point. Après avoir couvert l'ensemble d'une surface, le logiciel rassemble les données récoltées et crée une carte tridimensionnelle. Celle-ci rend compte de la présence d'êtres humains - grâce à la forme de leur corps - et de l'état des lieux. En fonction des informations récoltées - par exemple l'inclinaison d'un mur ou la présence de fêlures - le dispositif détermine aussi la stabilité d'une structure. Pour en informer les utilisateurs, il génère un code de couleur faisant référence au degré de résistance évalué.  
Prévenir des risques d'effondrement
Selon le nombre de données, la carte peut être réalisée entre trente minutes et une heure et demi. "Bien que le robot télécommandé puisse servir en situation d'urgence, il pourra aussi être commercialisé pour une variété d'usages", déclare Ye Duan, l'un des chercheurs qui participe au projet. Et d'ajouter : "Ce système pourra être utilisé lors d'inspections routinières, lequel pourra aider à prévenir des tragédies tel que l'effondrement du pont de Minneapolis en 2007". Les scientifiques travaillent actuellement à rendre le robot plus rapide et plus petit que le modèle actuel. De sorte qu'il ressemble au Rovers envoyé sur Mars par la NASA. Celui-ci pesait 200 livres.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas