Le robot Lucy vole la lumière du soleil pour la restituer

Par 25 juin 2015
Le robot Lucy, une nouvelle ère de la lumière ?

[Hello Tomorrow] Serait-ce la fin des lumières artificielles dans les espaces sans fenêtre ? C’est en tout cas le projet de la start-up italienne Solenica avec son petit robot qui restitue une lumière naturelle.

Certains* le considèrent déjà comme le Prométhée de l’ère numérique. À première vue pourtant, cela ressemble aux dispositifs de lumière d’ambiance connectés de Philips en un peu plus design : une boule de 30 cm de diamètre qui projette sa lueur dans une pièce. Une différence notable cependant : pas de fils. Baptisé Lucy, le petit robot de la start-up Solenica capture en effet les rayons du soleil pour les diffuser dans les endroits sombres et trop éloignés d’une fenêtre. L’équivalent de 200 lampes allogènes de 50 watts, assure le site de la start-up.

Décrit comme un ensemble de petits miroirs intelligents, le dispositif suit en effet la course du soleil tout au long de la journée pour réfléchir ses rayons dans les pièces soumises jusqu’alors à la lumière des néons loin d’être idéale. Le tout, grâce à des cellules photosensibles issues des travaux de la fondatrice de Solenica, Diva Tommei, après sa thèse en biologie informatique à Cambridge.

C’est au cours de ce cursus que la jeune femme italienne a eu l’idée du robot Lucy. En passant de Rome aux paysages rarement baignés de soleil de l’Angleterre, la fondatrice nous raconte avoir souffert un peu : « J’ai commencé à me sentir fatiguée, démotivée, loin d’être productive. Je ne savais alors pas ce qui m’arrivait jusqu’à ce qu’un médecin me diagnostique un trouble affectif saisonnier. Un problème qui affecte 10 % de la population mondiale chaque année. C’est là que je me suis rendu compte à quel point la lumière du soleil est profondément ancrée dans notre système biologique. »

« Je me suis rendu compte à quel point la lumière du soleil est profondément ancrée dans notre système biologique. »

D’où l’idée de ce robot intelligent qui réfléchit les rayons créé avec les deux cofondateurs de la start-up, Alessio Paoletti et Mattia Di Stasi. La lumière transmise par Lucy est ainsi plus puissante, plus naturelle, moins énergivore que les néons actuels. Un gain d’électricité, et donc de temps, pour les entreprise notamment qui doivent éclairer de grandes surfaces de travail pour ne prendre qu’un seul exemple. « Nous avons donné des prototypes à plusieurs familles en Italie et ils ont eu du mal à nous le rendre à la fin à tel point Lucy avait radicalement changé la façon dont ils envisageaient leur foyer » relate Diva Tommei.

Lucy, un robot qui réfléchit la lumière du soleil
 
Le robot réfléchit la lumière du soleil dans les endroits sombres.
 

Les effets positifs sont nombreux selon la fondatrice : pluie de vitamine D et bronzage pour les occupants de pièces concernées, une meilleure santé pour les plantes, les animaux, en bref, un bien-être général décuplé. Reste que le dispositif ne fait que projeter une lumière existante, il ne fonctionne ainsi pas de nuit ni dans les endroits entièrement fermés. Sans oublier son prix : autour de 300 euros qui peut décourager bon nombre d’utilisateurs, même si plusieurs entreprises sont déjà intéressées, selon la fondatrice de Solenica, sans doute motivées par les économies d’énergie sur le long terme. Le robot viendrait donc plutôt en complément des ampoules traditionnelles.

* [article en italien] The Next Tech, Startup Italia

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas