Le robot marche dans les pas de l'homme

Par 22 mai 2008
Mots-clés : Smart city, Asie-Pacifique

Flame est capable de se déplacer avec une démarche proche de celle des êtres humains. Il reproduit les mécanismes physiques permettant aux hommes de posséder le sens de l'équilibre.

Faire marcher un robot humanoïde n'est pas une prouesse. Reste que les machines capables d'effectuer de tels mouvements manquent encore de souplesse. Et surtout, elles coûtent cher : chaque pas nécessite de l'énergie et des heures de programmation pour permettre au robot de rester en équilibre. Celui développé par le TU Delft, baptisé Flame, se déplace d'une manière similaire aux êtres humains. Principale raison : il reproduit les mécanismes physiques qui permettent aux hommes de marcher. Pour mettre au point leur machine, les chercheurs ont modélisé les processus permettant aux hommes de trouver une certaine stabilité quand ils apprennent à marcher. Ils ont ensuite construit un prototype intégrant un ordinateur central capable de les reproduire. Il est aussi composé d'un système de balancier, de sept moteurs différents et de plusieurs algorithmes qui lui permettent d'accomplir des mouvements complexes.
Un robot avec le sens de l'équilibre
Enfin, il intègre au niveau des hanches, des genoux et des chevilles des jointures fonctionnant sur le même principe que celles d'un être humain. Une fois debout, l'androïde, qui pèse 15 kg et mesure 1,30 mètre, est ensuite capable de mettre un pied devant l'autre pour rester en équilibre et ne pas chuter. Le tout, avec une ressemblance fidèle. Le balancier lui permet de recommencer le geste pour se déplacer. Le tout, sans consommer une grande quantité d'électricité, puisque une fois le système enclenché par l'ordinateur - qui envoie une impulsion électrique aux différents éléments - les mouvements réalisés sont faits en fonctions de l'énergie cinétique. Pour le moment, Flame est capable de se déplacer à une vitesse de 0,45 mètres par seconde. Le but étant de lui permettre de se déplacer plus rapidement et surtout à des allures différentes.
Aider à la rééducation des patients
Mettre au point un tel robot ne vise pas qu'à améliorer les capacités de déplacement de ces machines. A terme, le dispositif pourrait être utilisé au niveau de la rééducation de patients ayant des problèmes moteurs. Notamment au niveau du diagnostic. Ce, en rentrant certaines données dans le système informatique qui actionne le robot, afin d'en observer ensuite le résultat en faisant marcher l'androïde. Autre projet : celui de développer des machines capables de réagir spontanément et d'apprendre. En ligne de mire : la possibilité de se mettre à courir à la vue d'un ballon et d'amener celui-ci dans des filets. D'ailleurs, l'équipe sera présente à la RoboCup de cet été, en Chine, qui vise à faire s'affronter des équipes de robots pour en observer notamment les réactions.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas