Le robot fait office de médecin urgentiste

Par 04 décembre 2008 1 commentaire
Mots-clés : Smart city

Déjà utilisé dans des hôpitaux américains dans le cadre de téléconsultations, le robot de garde RP-7 va être expérimenté dans un service de réanimation pour optimiser la prise en charge de victimes d’accidents cérébraux.

La télémédecine ne sert pas seulement à superviser à distance l'état de personnes ayant des maladies chroniques. Elle peut également être fort utile dans le cas d'urgences. C'est ainsi que le William Lehman Injury Research Center (WLIRC) a décidé de tester l'utilisation du robot RP-7 afin d'améliorer le traitement de personnes victimes d'accidents graves, tels qu'un accident vasculaire cérébrale. Défini à l'origine comme un robot de garde permettant aux malades de bénéficier de téléconsultations, le RP-7 devrait notamment être utilisé afin de réduire le délai de prise en charge des patients dans des hôpitaux où aucun spécialiste en traumatologie n'est disponible. "Il y a souvent pénurie de praticiens", explique Jonathan Linkous, le directeur de l'association américaine de télémédecine.
Connexion haut débit en 3G
"Or il faut intervenir très vite dans le cas de certains traumatismes, comme par exemple un AVC : on dispose alors tout au plus d'une heure pour délivrer les premier soins". RP-7 permet justement de consulter à distance un médecin qui pourra évaluer la gravité de la situation. Le robot est connectable en haut débit à n'importe quel réseau 3G. Il est contrôlable à partir d'une interface facilement configurable sur n'importe quel ordinateur. Grâce à deux caméras et à un micro, le médecin peut observer le malade, zoomer, écouter le personnel hospitalier qui l'entoure etc. Il leur délivre les conseils nécessaires par l'intermédiaire d'un écran vidéo et de hauts-parleurs. De la sorte, le spécialiste le plus adéquat participe activement à la délivrance de soins.
Réduction des risques d'infection neusocomiale
Ce peut être en salle d'opération ou de réanimation, en soins intensifs etc. "Grâce à ce robot, un hôpital situé dans une zone rurale ou difficile d'accès peut enfin contacter le meilleur spécialiste qui soit afin qu'il aide le personnel soignant à faire le bon diagnostic et à mettre en place une stratégie thérapeutique". A l'inverse, le transfert par hélicoptère ou ambulance des patients vers un centre mieux équipé retarde souvent un traitement pourtant vital. Autre avantage de l'usage des robots en milieu hospitalier : ils réduiraient les risques d'infections nosocomiales. A noter : pour mettre en place l'expérimentation de RP-7 en situation d'urgence, le WLIRC a sollicité l'aide du Trauma Training Center de l'armée américaine.

Haut de page

1 Commentaire

1/ je ne comprends pas en quoi cet objet est appelé "Robot" ("On nomme robot un dispositif mécanique accomplissant automatiquement des tâches ").
Ce dispositif se rapproche pour moi plus d'un outil de visio-conférence.

2/ Un examen médical passe pour une bonne partie par le touché (que ce soit pour la palpation, pour l'examen respiratoire, etc).
Ce "robot" semble pas permettre la transmission de tels informations => l'examen qu'il permet reste limité.

Ma conclusion : il s'agit d'un outil d'appoint (avec un coût que je présume non négligeable) qui ne pourra pas remplacer un vrai médecin.

Soumis par jul (non vérifié) - le 05 décembre 2008 à 13h14

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas