Quand le robot partage la même vision du monde que l'homme

Par 06 juillet 2009
Mots-clés : Smart city

Decisions in Motion s'est inspiré de la perception visuelle de l'homme pour développer un ''cerveau numérique''. Celui-ci permet à un robot de réagir plus rapidement à son environnement et d'anticiper des mouvements.

Pour être autonome, le robot doit s'inspirer du cerveau humain. Et plus particulièrement du fonctionnement du système visuel de ce dernier. Voilà le constat réalisé par le consortium européen Decisions in Motion, qui a mis au point un système qui imite le réseau neuronal d'un homme. Pour y parvenir, les chercheurs ont observé les systèmes visuels des mammifères. Le but était de comprendre comment le cerveau de ces derniers scanne l’environnement, repère les objets et discerne le mouvement.
Perception visuelle des hommes
Ces actions sont en effet primordiales pour pouvoir avancer dans un environnement changeant. Résultat : ils ont constaté que le cerveau humain non seulement détecte et suit le mouvement d’un objet, mais aussi et surtout, anticipe sa trajectoire. Le système qu'ils ont mis au point a rendu le robot capable d'analyser son environnement en temps réel et de prendre rapidement des décisions. Il identifie les objets et la vitesse avec laquelle ils bougent et prend la décision de ralentir ou de tourner d’un côté ou de l’autre.
Un cerveau robotique intelligent
Le consortium envisage désormais de créer un logiciel en forme de lunettes, qui devrait trouver son utilité auprès des personnes malvoyantes ou à mobilité cognitive réduite. Les chercheurs de Decisions in Motion ont déjà fabriqué un robot qui se déplace dans une pièce encombrée évitant des obstacles et des objets en mouvement. Mais les algorithmes qu'ils utilisaient rendaient la machine trop lente et peu fiable, notamment pour guider des personnes malvoyantes.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas