Des robots en quête de relation sérieuse

Par 14 avril 2008
Mots-clés : Smart city, Europe

LIREC veut développer des compagnons artificiels, capables d'entretenir une relation à long terme avec les hommes. L'idée est d'analyser les interactions entre l'humain et la machine intelligente.

Le robot est en passe de devenir le meilleur ami de l'homme. Voilà ce que désirent réaliser les scientifiques de Queen Mary, de l'Université de Londres. Ils lancent cette semaine un projet international, qui a pour but de développer la relation entre les robots et les humains. Le programme s'inscrit dans le nouveau projet européen baptisé LIREC - Living with Robots and Interactive Companions. L'objectif est de créer une nouvelle génération de compagnons technologiques, plus interactifs, intelligents émotionnellement, et capables d'un engagement à long terme avec les humains. Ce, à la fois dans le monde virtuel via des personnages graphiques et dans l'univers réel, avec des systèmes robotisés. Il s'agira d'observer comment les hommes réagissent à la présence familière d'un compagnon, celui-ci pouvant passer d'une forme robotique à une version virtuelle, par exemple sur un écran d'ordinateur.
Créatures artificielles amies
"Nous voulons savoir si les gens peuvent développer à long terme une relation avec des créatures artificielles, dans un contexte quotidien",  explique le professeur Peter McOwan, membre du groupe de recherche. "Nous sommes certes loin d'avoir à la maison un robot qui nous aidera à mettre la table! Mais nous allons explorer les possibilités de développer une créature amie et familière pour l'homme." L'objectif est de prédire à quoi vont ressembler les machines intelligentes de demain et comment nous interagirons avec elles. L'équipe de Queen Mary mène un consortium composé de neuf autres partenaires européens, qui vont durant les quatre prochaines années développer une variété de robots et autres androïdes autonomes qui pourraient tenir auprès des hommes le rôle de compagnon.
Des compagnons inspirés de nos relations avec les robots
Les chercheurs de LIREC vont d'abord s'attaquer aux technologies existant déjà, afin d'analyser la façon dont les individus perçoivent les robots. Ceci inclut les robots de divertissements, comme Pleo, un jouet interactif en forme de dinosaure déjà commercialisé; GlowBots aussi sera étudié, des petits robots sur roues, qui communiquent entre eux et avec les utilisateurs par le biais de faisceaux lumineux de couleur. D'autres types de machines robotisées vont être soumises à l'étude : iCat, un partenaire de jeu artificiel, dont l'attitude et les expressions varient en fonction de l'avancée du jeu ; ou encore KASPAR, un humanoïde de la taille d'un enfant. Les chercheurs vont également s'inspirer des relations entre les hommes et leurs chiens, afin d'élaborer des compagnons synthétiques.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas